Lundi 26 septembre 2016 | Dernière mise à jour 06:39

Etats-Unis Premier traitement anti-obésité approuvé depuis treize ans

L'Agence américaine des médicaments a autorisé mardi la mise sur le marché du Lorcaserin, du laboratoire Arena Pharmaceuticals. Il s'agit du premier traitement contre l'obésité à être commercialisé depuis plus de treize ans.

Plus d'un tiers des adultes seraient obèses aux Etats-Unis.

Plus d'un tiers des adultes seraient obèses aux Etats-Unis. Image: ARCHIVES/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le médicament anti-obésité Lorcaserin pourra être commercialisé.

La décision de l'Agence américaine des médicaments (FDA) entérine une recommandation d'un comité d'experts indépendant le 10 mai en faveur de la commercialisation de ce médicament destiné aux adultes obèses et souffrant d'au moins une des maladies liées à leur surpoids comme l'hypertension ou le diabète.

Ce même comité s'était prononcé en 2010 contre la mise sur le marché du Lorcaserin - dont le nom commercial est Belviq ou Lorqess - en faisant valoir des inquiétudes suscitées par la formation de cancers du sein chez les rats.

Le Belviq est autorisé pour des adultes dont l'indice de masse corporelle, (IMC), le poids divisé par le carré de la taille, est de 30 ou plus ou pour ceux dont l'IMC est de 27 mais souffrent d'au moins une des maladies liées au surpoids (hypertension artérielle, diabète de type 2 ou taux de cholestérol élevé), précise la Food and Drug Administration dans un communiqué.

Selon les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC) plus d'un tiers des adultes sont obèses aux Etats-Unis. «L'obésité menace le bien être des patients et constitue une inquiétude majeure de santé publique», déclare le docteur Janet Woodcock, directrice du Centre d'évaluation des médicaments de la FDA.

Effets secondaires

«L'approbation de ce traitement, utilisé de façon responsable et combiné à un régime alimentaire et à un mode de vie sains, offre une option de traitement aux Américains qui sont obèses ou en surpoids et souffrant d'au-moins une pathologie liée à leur excès poids», ajoute-elle.

Comparativement à un placebo, un traitement avec le Belviq pendant une période allant jusqu'à un an a entraîné une perte de poids moyenne allant de 3 à 3,7%, selon un les essais cliniques menés auprès de 8000 patients.

Environ 47% des participants qui ne souffraient pas de diabète de type 2 (adulte) ont perdu au moins 5% de leur poids contre environ 23% chez ceux qui étaient traités avec un placebo. Les effets secondaires les plus communs sont les maux de tête, des nausées, des étourdissement et de la fatigue. (ats/afp/nxp)

(Créé: 27.06.2012, 21h48)

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.