Mardi 27 septembre 2016 | Dernière mise à jour 11:57

Santé Le stress au travail favoriserait le diabète chez les femmes

Les femmes occupant des postes en bas de la hiérarchie et souffrant de stress dans leur profession ont deux fois plus de chance d'avoir du diabète que celles qui ont pu progresser vers les échelons supérieurs, selon une étude.

Les femmes stréssées au travail sont plus exposées à avoir du diabète.

Les femmes stréssées au travail sont plus exposées à avoir du diabète. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Contrairement aux hommes, les femmes réagissent parfois au stress en consommant davantage de sucres et de matières grasses, a expliqué un des auteurs de l'étude, Peter Smith.

Le nombre de cas de diabète étant en augmentation au Canada et ce facteur de risque pouvant être modifié, il pourrait être utilisé pour combattre ce phénomène, écrivent Peter Smith, de l'Institut de recherche sur le Travail et la Santé, et Richard Glazier, de l'Institut des Sciences de l'évaluation clinique (ICES).

Leur étude menée pendant neuf ans leur a permis de constater une relation entre le degré d'autonomie au travail et la fréquence de cas de diabète dans la population féminine, indiquent-ils en substance dans cette étude publiée dans le Journal of Occupational Medicine.

Changements de comportements alimentaires

Autrement dit, a expliqué, Les femmes stressées peuvent être amenées à consommer plus de sucres et de matières grasses, a résumé Peter Smith.

Le stress au travail semble favoriser le diabète à travers deux phénomènes: perturbations du système neuroendocrinien et immunitaire débouchant sur la production accrue des hormones telles que le cortisol et l'adrénaline, et changements de comportements alimentaires et de dépenses d'énergie, peut-être en guise de compensation.

Ayant suivi 7.443 personnes en activité pendant neuf ans, les chercheurs ont découvert que la proportion de cas de diabète attribuables au stress au travail chez les femmes atteignait 19%.

Supérieur au tabagisme

Ce chiffre est supérieur à ceux liés au tabagisme, à la boisson, à l'activité physique ou au niveau de la consommation de fruits et légumes, mais inférieur à celui dû à l'obésité.

Une telle relation n'a pu être constatée chez les hommes. Ces derniers réagissent autrement au stress, tant sur le plan hormonal que par dans habitudes de consommation, a indiqué Peter Smith dans un courriel. (afp/nxp)

(Créé: 22.08.2012, 18h41)

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.