Vendredi 24 mars 2017 | Dernière mise à jour 12:49

Genève Les trois modes de vie qui favorisent le diabète

Des chercheurs genevois ont listé les différents facteurs à même de dérégler l'horloge circadienne. Parmi eux, le travail de nuit.

Photo d'illustration d'une boîte de nuit américaine.

Photo d'illustration d'une boîte de nuit américaine. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le travail de nuit, la multiplication de longs voyages en avion ou une vie de noctambule ne sont pas sans conséquence sur la santé. Une équipe de scientifiques genevois a découvert qu'un dérèglement de l'horloge circadienne favoriserait l'apparition du diabète.

Les chercheurs ont étudié le rythme des cellules alpha et bêta du pancréas. Les premières produisent du glucagon, entraînant une hausse de la glycémie, alors que les secondes fabriquent l'insuline, qui permet de faire baisser le taux de sucre dans le sang, a rappelé lundi l'Université de Genève (UNIGE).

Les deux types de cellules ont été étudiés séparément sur des souris. Les chercheurs de l'UNIGE et des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont alors découvert que les horloges des cellules alpha et bêta sont légèrement distinctes. Une adaptation précise et performante aux états de jeûne et d'alimentation est ainsi possible.

Attention au dérèglement

Une désynchronisation de ces horloges cellulaires pourrait donc perturber la sécrétion hormonale et l'homéostasie énergétique, le taux de sucre dans le sang n'étant plus constant au fil du temps. Ce déséquilibre favoriserait ensuite l'apparition de maladies métaboliques telles que le diabète et l'obésité.

Au cours de leurs expériences, les chercheurs ont pu vérifier cette hypothèse. Les souris, dont les îlots du pancréas étaient dépourvus d'horloge cellulaire, ont rapidement développé un diabète de type 2. La perturbation des rythmes a été suffisante pour empêcher une sécrétion hormonale normale et l'équilibre glycémique.

La désynchronisation entre les horloges internes et l'équilibre jour-nuit induit un déséquilibre métabolique général. Elle expliquerait pourquoi les gens travaillant de nuit, par exemple, sont plus susceptibles de souffrir de troubles métaboliques, quand bien même ils dormiraient autant que les autres pendant la journée.

Espoirs de thérapies

Les scientifiques doivent encore valider leurs résultats avec des études combinées sur des rongeurs et des îlots pancréatiques humains. Leur but est de prouver que les horloges biologiques des patients souffrant de maladies métaboliques sont perturbées. Des approches thérapeutiques pourraient ensuite être développées, concluent les chercheurs dans la revue Genes and Development.

(ats/nxp)

Créé: 20.03.2017, 11h48

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.