Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 02:35

Justice L'Allemagne libère l'écoterroriste Paul Watson

Réputé pour éperonner les baleiniers, l'écologiste Paul Watson a été libéré sous caution vendredi par la justice allemande.

De nombreuses personnes étaient venu soutenir Paul Watson à Francfort.

De nombreuses personnes étaient venu soutenir Paul Watson à Francfort. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La justice allemande a décidé vendredi de libérer sous caution Paul Watson, le fondateur de l’organisation écologiste Sea Shepherd, en attendant l’examen d’une demande d’extradition vers le Costa Rica.

Le Canadien a été arrêté dimanche à l’aéroport de Francfort en vertu d’une demande d’extradition du Costa Rica, qui l’accuse d’avoir mis en danger un équipage costaricien lors d’une opération contre la chasse aux requins en 2002.

Réputé pour ses coups de force contre les chalutiers, M. Watson est le fondateur de l’organisation non gouvernementale Sea Shepherd («Berger de la mer»), qui se consacre à la protection des océans. Il l’a créée en 1977 après une rupture avec Greenpeace.

Le tribunal de Francfort a indiqué dans un communiqué que les faits signalés dans la requête du Costa Rica étaient réprimés par le droit allemand et n’étaient pas prescrits. Plusieurs démarches doivent être effectuées par le ministère allemand de la Justice pour aboutir à une extradition du militant écologiste, a expliqué Ingo Nöhre, un porte-parole du ministère.

En attendant, le tribunal a ordonné la remise en liberté de Paul Watson contre paiement d’une caution de 250’000 euros. Il lui est cependant interdit de quitter le territoire allemand avant la décision éventuelle d’extradition, a souligné le tribunal.

Contesté pour ses méthodes dures, Paul Watson que les membres de l’ONG appellent affectueusement le «Capitaine» avait déclaré en 2010 n’avoir de comptes à rendre qu’aux baleines ou aux phoques.

Son organisation n’a pas hésité à éperonner en 1979 le baleinier Sierra, qui a coulé dans le port de Lisbonne, même si elle assure tout faire pour «ne mettre personne en danger». Le Japon, pays toujours adepte de la chasse à la baleine, avait qualifié par le passé ses méthodes de «terroristes». (ats/nxp)

(Créé: 18.05.2012, 20h56)

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons