Dimanche 28 août 2016 | Dernière mise à jour 20:47

Réchauffement Les glaciers du Groenland glissent plus vite vers la mer

La vitesse à laquelle certains glaciers du Groenland glissent vers la mer a augmenté de 30% par rapport à l'an 2000, ce qui contribue à la montée du niveau des mers.

Selon des données recueillies par des satellites, la vitesse des glaciers a progressé de 30% de 2000 à 2011.

Selon des données recueillies par des satellites, la vitesse des glaciers a progressé de 30% de 2000 à 2011. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comme de multiples facteurs contribuent à la hausse des océans, il est toutefois difficile d'évaluer l'impact exact de cette accélération. Plus ces glaciers avancent vite vers la mer, plus ils y ajoutent de l'eau et plus le niveau des océans monte.

Tous les glaciers ne progressent pas au même rythme, déclarent Twila Moon et les autres coauteurs, de l'Université de Washington et de l'université de l’État d'Ohio, dont les recherches paraissent dans la nouvelle livraison de la revue Science.

Les glaciers qui n'ont pas de débouché sur la mer progressent à un rythme allant de neuf à 99 mètres par an, selon les dernières recherches en date, tandis que ceux qui vêlent dans l'océan peuvent avancer de 11,2 km par an.

Scénario démenti

Pour Twila Moon, il est important de surveiller les glaciers qui se jettent dans la mer au Groenland, car c'est dans cette partie du monde que sont perdus les quatre cinquièmes des glaces qui disparaissent chaque année sur terre.

Selon des données recueillies par des satellites, la vitesse des glaciers a progressé de 30% de 2000 à 2011. Les chercheurs ont toutefois constaté que les glaciers surveillés n'avaient pas accéléré autant que ce que laissait prévoir le pire des scénarios. Ces prévisions-là laissaient penser que le niveau des mers monterait de deux mètres d'ici la fin du XXIe siècle.

Cela suffirait pour inonder certaines parties des côtes américaines du Golfe du Mexique, de l'Alaska, de l'Italie, de la France, de l'Angleterre, de l’Écosse, du Danemark, mais aussi du Brésil, de l'Inde, de la Chine, du Bangladesh, du Japon, de la péninsule coréenne, de l'Asie du Sud-Est et de l'Australie. Les dernières observations démentent ce scénario-là.

«Deux mètres, c'est vraiment le pire des cas.(...) A ce stade, il ne semble pas que ce pire des scénarios soit étayé», estime Moon. Les chercheurs penchent désormais davantage vers une estimation basse de montée du niveau des mers, à savoir de 20 cm d'ici la fin du siècle. (ats/Reuters/nxp)

(Créé: 04.05.2012, 07h32)

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.