Mercredi 7 décembre 2016 | Dernière mise à jour 15:17

Discussion

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Curieusement, le GIEC, dans son dernier rapport, et je suis d'accord avec eux sur ce point, disait que s'il y a réchauffement, le gradient de T entre les Pôles et les Tropiques diminue, donc les événements extrêmes diminuent (et réciproquement). Je suis très surpris qu'il nous dise le contraire à présent....


T étant stable depuis 1999, tout événement postérieur ne peut être attribué au RC. Selon le GIEC, s'il y a réchauffement, les événements extrêmes augmentent, s'il n'y a pas réchauffement, les événements extrêmes restent stables en fréquence et intensité, et s'il y a refroidissement, ils diminuent. Comme il n'y a plus de réchauffement, nous devrions être dans une période de stabilité...



Retour à l'article
Publicité