ACCUEIL 3.9.2014 Mis à jour à 02h40

Les délégués parviennent à un accord sur la déclaration finale

Sommet Rio 20

A quelques heures de l'ouverture du sommet, les délégués sont parvenus à un accord à l'arraché. Le texte ne présente pas de grosse avancée, mais comporte malgré tout des aspects positifs, selon la délégation suisse.

Mis à jour le 19.06.2012
Quelque 50’000 personnes - élus locaux, hommes d’affaires, scientifiques, militants d’ONG - doivent participer de mercredi à vendredi à la conférence Rio+20, organisée vingt ans après le premier sommet de la Terre.

Quelque 50’000 personnes - élus locaux, hommes d’affaires, scientifiques, militants d’ONG - doivent participer de mercredi à vendredi à la conférence Rio+20, organisée vingt ans après le premier sommet de la Terre.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Le projet de déclaration finale de 49 pages, intitulée «L’avenir que nous voulons», a fait l’objet de longues discussions au cours de la nuit de lundi à mardi. Les Européens ont notamment critiqué un document qui leur semblait dépourvu d’»ambition», avec «une régression du multilatéralisme».

Ils demandaient en particulier qu’une place plus grande soit faite au Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), même s’il n’accède pas au titre d’organisation onusienne pleine et entière.

Critiques d’ONG

Après une nouvelle séance de négociations, les délégués des 193 pays de l’ONU ont adopté à la mi-journée le projet de déclaration. «Cette déclaration sera ratifiée par les chefs d’Etat et de gouvernement», a assuré un diplomate. Aucune indication n’avait pour le moment été donnée sur les éventuelles modifications apportées au texte.

De grandes ONG ont vigoureusement critiqué le projet. Greenpeace a parlé d’»échec épique» et WWF de «déception significative». «Nous avons besoin que les leaders du monde viennent au secours des négociations, ou bien nous allons avoir plus de pauvreté, plus de conflits et plus de destruction de l’environnement», a déclaré son directeur général, Lasse Gustavsson.

Un pas minimal pour la Suisse La délégation suisse était plus modérée. Avec ce projet, un pas minimal a été atteint, a déclaré son chef, l’ambassadeur Franz Perez, devant les médias. Le texte ne revient pas en arrière par rapport aux précédentes déclarations de l’ONU et comporte même quelques avancées.

Le responsable de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) voit notamment un aspect positif dans le fait que tous les pays pourront désormais être membres du PNUE. Il note que la contribution de l’économie verte en faveur du développement durable et de la lutte contre la pauvreté est parvenue au plus haut niveau politique et qu’elle est également abordée explicitement dans le document final.

Le projet de déclaration prévoit aussi l’instauration d’objectifs du développement durable, qui viendront compléter et poursuivre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Ces huit objectifs fixés en 2000 prévoyaient de réduire de moitié d’ici 2015 la pauvreté par rapport à 1990. Ils seront désormais complétés par une composante liée au développement durable.

Quelques bémols

Selon Franz Perez, il n’est pas encore clair si les OMD et les objectifs du développement durable seront combinés ou s’ils seront gérés de manière indépendante.

Autre bémol: le projet de déclaration finale ne définit pas les thèmes précis concernés par ces nouveaux objectifs. Le processus visant à élaborer ces objectifs n’est pas non plus optimal pour la Confédération.

Absents de marque

Au total, quelque 50’000 personnes - élus locaux, hommes d’affaires, scientifiques, militants d’ONG - doivent participer de mercredi à vendredi à la conférence Rio+20, organisée vingt ans après le premier sommet de la Terre. Une centaine de chefs d’Etat ou de gouvernement et des dizaines de ministres sont notamment attendus.

Mais nombre de dirigeants vont briller par leur absence, notamment les présidents américain Barack Obama et russe Vladimir Poutine, le Premier ministre britannique David Cameron et la chancelière allemande Angela Merkel.

La présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf a elle aussi renoncé à ce déplacement. La Suisse sera représentée par la ministre de l’environnement Doris Leuthard. (ats/Newsnet)

Créé: 19.06.2012, 19h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment
Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!