ACCUEIL 24.4.2014 Mis à jour à 12h16

L’élévation des océans ne pourra être empêchée

Changement climatique

Réduction des émissions de CO2 ou pas, le niveau des mers continuera à monter. C’est ce qu’affirme une étude publiée dans Nature, simulations à l’appui.

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 04.07.2012 4 Commentaires
Le niveau des mers continuera à s’élever pour plusieurs siècles, selon les chercheurs.

Le niveau des mers continuera à s’élever pour plusieurs siècles, selon les chercheurs.
Image: Keystone

Une réalité

Liens

Articles en relation

Partager & Commenter

La montée du niveau des mers est un des effets les plus redouté du changement climatique. Elle menace de nombreuses îles et régions côtières, parfois très peuplées.

Le sens commun voudrait que l’homme fasse tout pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Et qu’il s’évite ainsi cette déconvenue. D’autant qu’elle est déjà entamée. L’élévation des océans atteint plusieurs millimètres par an ces vingt dernières années.

Mais à partir de modèles climatiques et de toute une série de simulations complexes sur ordinateur, des chercheurs américains et australiens noient toute illusion.

Mécanismes complexes

Selon leurs scénarii les plus agressifs de réduction des GES, il semble possible de stabiliser les températures globales à deux ou trois degrés de plus que les valeurs préindustrielles. Voire d’enregistrer une baisse de ces températures les deux siècles suivant l’actuel.

Mais cela n’empêchera pas le niveau des mers de continuer à s’élever pour plusieurs siècles. Les chercheurs donnent une explication: l’expansion thermique des océans.

Les températures plus chaudes gagnent plus profondément le cœur des océans. Des volumes d’eau toujours plus importants se mélangent et se réchauffent. Avec la dilatation, le niveau des mers augmente.

Cette expansion thermique aux ressorts complexes se poursuivra au moins jusqu’en 2300, calculent les chercheurs. Et ce, même si les températures moyennes de la planète régressent.

Selon les scénarii, le phénomène pourrait déboucher sur des océans plus élevés de vingt centimètres à un mètre quarante.

Gagner du temps

Même s’ils en tiennent compte dans leurs scénarii, les auteurs restent par contre prudents sur l’impact réel de la fonte des glaciers et autre islandis sur le niveau des eaux.

«Quelques siècles de réchauffement pourraient ne pas suffire à engendrer une hausse de plusieurs mètres des océans similaire à celle constatée sur une bien plus longue période durant la dernière période interglaciaire», écrivent-ils.

Mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, ces chercheurs n’appellent pas à l’immobilisme. Une importante réduction des GES pourrait réduire la vitesse de la hausse des océans. Ce qui laisserait le temps à l’humanité de s’adapter. (Newsnet)

Créé: 04.07.2012, 15h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

4 Commentaires

Patrick Luder

05.07.2012, 16:50 Heures
Signaler un abus

Bon alors si on peut rine faire ... on continue mine de rien ... ? Répondre


Jean-Pierre Bardinet

05.07.2012, 12:45 Heures
Signaler un abus

Des simulations sur la base d'hypothèses non validées (ex : le rôle moteur du CO2 sur T) ne prouvent rien du tout. On fait des hypothèses, qui ne sont pas prouvées, on construit des modèles numériques plus ou moins sophistiqués, et l'on veut nous faire croire que les projections de ces modèles ont une totale crédibilité? C'est un parfait exemple de raisonnement circulaire, qui ne prouve RIEN! Répondre



Buzz

Supplément partenaire