Dimanche 25 septembre 2016 | Dernière mise à jour 10:30

Discussion

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

4 Commentaires

L'Optimum Médiéval a été plus chaud que de nos jours, de +2°C environ. Or, nos îles basses bretonnes (Sein, les Glénan) n'ont pas été submergées par les eaux. Faire des modèles est un "sport" abstrait, mais les modélisateurs feraient bien de confronter leurs prévisions avec le passé. Si le passé réfute les modèles, alors les modèles sont faux. Comme il les réfute, ils sont faux. CQFD.


Des simulations sur la base d'hypothèses non validées (ex : le rôle moteur du CO2 sur T) ne prouvent rien du tout. On fait des hypothèses, qui ne sont pas prouvées, on construit des modèles numériques plus ou moins sophistiqués, et l'on veut nous faire croire que les projections de ces modèles ont une totale crédibilité? C'est un parfait exemple de raisonnement circulaire, qui ne prouve RIEN!


Bon alors si on peut rine faire ... on continue mine de rien ... ?


OUI, pas de souci....

Signaler un abus


Retour à l'article
Publicité