Dimanche 28 août 2016 | Dernière mise à jour 06:45

Ivoire Le Gabon brûle les défenses de 850 éléphants

Braconnage et commerce illégal de l’ivoire battent leur plein. À la tête du combat, le Gabon brûle cinq tonnes de défenses d’éléphants mercredi. Le WWF soutient et applaudit.

Des centaines de milliers d’euros partent en fumée.

Des centaines de milliers d’euros partent en fumée. Image: Keystone

Explications en images

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Le Gabon donne un signe clair. Nous vivons une crise du braconnage sans précédent en Afrique centrale. Dans certaines régions, des populations d’éléphants qui étaient encore stables il y a cinq ans ont aujourd’hui presque disparu», indique une responsable du WWF en Afrique centrale.

Il était prévu que cinq tonnes d’ivoire - l’équivalent des défenses de 850 éléphants – partent en fumée aujourd’hui à Libreville. Soit 1293 défenses brutes et 17'730 pièces travaillées. En termes financiers, des centaines de milliers d’euros.

Une première

Appuyé par le WWF et l’organisation Traffic, le Gabon est le premier pays à brûler ses stocks d’ivoire saisi. Un exemple, juge le WWF. «Brûler l’ivoire constitue la seule méthode pour éloigner durablement ce produit du marché», indique l'organisation.

Jusque là, ces stocks finissaient pas être commercialisés. Le WWF met d’ailleurs en cause certains employés des administrations, en Zambie et au Mozambique notamment.

Selon l’organisation environnementale, la demande asiatique croissante a engendré un nouveau record en matière de braconnage l’an dernier.

Un «véritable massacre» s’est notamment déroulé dans le parc national de Bouba N’Djida, au Cameroun. 350 éléphants ont fait les frais de braconniers lourdement armés. Depuis, le pays a engagé 2000 gardes supplémentaires, mieux armés. (nxp)

(Créé: 27.06.2012, 18h22)

Sondage

Prendre l'apéro en uniforme, est-ce choquant?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.