Mardi 6 décembre 2016 | Dernière mise à jour 08:58

Environnement Greenpeace dénonce la pollution des sols en Chine

L'ONG Greenpeace affirme que la Chine produit des centaines de millions de tonnes de déchets générant un sous-produit très polluant, le phosphogypse.

Des prélèvements effectués sur place ont révélé la présence d'arsenic, de cadmium, de chrome, de mercure et autres métaux lourds très nocifs.

Des prélèvements effectués sur place ont révélé la présence d'arsenic, de cadmium, de chrome, de mercure et autres métaux lourds très nocifs. Image: ARCHIVES-PHOTOS D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les centaines de millions de tonnes de déchets issus de l'industrie des engrais phosphatés causent de graves pollutions dans différentes régions de Chine, a affirmé Greenpeace mardi à Pékin.

Depuis 2001 la Chine a plus que doublé ses capacités de fabrication d'engrais phosphatés, pour devenir leader avec 40% de la production mondiale. Le pays souffre même aujourd'hui de surcapacités, selon Greenpeace.

Or cette industrie génère un sous-produit très polluant, le phosphogypse, dont on retrouve d'énormes quantités stockées de façon illégale et dangereuse, une «bombe à retardement» dénoncée par l'organisation de défense de l'environnement dans un rapport d'enquête rendu public mardi.

«La Chine a désormais accumulé au moins 300 millions de tonnes de phosphogypse, soit plus de 200 kg par habitant. Et le pire est que le phosphogypse contient une gamme de substances extrêmement nocives», a déclaré Lang Xiyu, un rédacteur de cette enquête intitulée «Vivre en danger».

L'ONG a présenté des photos et des films vidéos montrant l'existence de gigantesques dépôts en plein air de phosphogypse (dont l'un couvrant 33 hectares dans la province du Sichuan), à proximité de cours d'eau ou de zones habitées, selon elle en violation flagrante des lois en vigueur.

Des prélèvements effectués sur place ont révélé la présence d'arsenic, de cadmium, de chrome, de mercure et autres métaux lourds très nocifs.

«Ces échantillons que nous avons collectés ne montrent que la partie émergée de l'iceberg», a assuré Lang Xiyu. «Il est vital que le gouvernement s'attaque au problème et apporte un soutien aux victimes de l'égoïsme de grandes sociétés.

Nous ne pouvons plus continuer à faire comme s'il n'y avait pas 300 millions de tonnes de phosphogypse qui polluent notre sol, notre eau et notre air». (afp/nxp)

(Créé: 02.04.2013, 08h42)
S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.