ACCUEIL 22.11.2014 Mis à jour à 11h05

«L’humanité est capable de se sauver elle-même»

Changement climatique

Star de la recherche climatique, le Suisse Konrad Steffen est de retour en Suisse, après 22 ans aux Etats-Unis. Il confie son sentiment de scientifique sur l’avenir de notre humanité.

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 06.07.2012 6 Commentaires
Scientifique de terrain, Konrad Steffen croit en la capacité de l'homme à développer des énergies alternatives et à son adaptabilité.

Scientifique de terrain, Konrad Steffen croit en la capacité de l'homme à développer des énergies alternatives et à son adaptabilité.
Image: sp

Le Swiss camp

Liens

Articles en relation

Partager & Commenter

Depuis le 1er juillet, le Zurichois dirige l'Institut fédéral pour la forêt, la neige et le paysage WSL. Il est aussi professeur des deux écoles polytechniques fédérales.

Compte tenu du changement climatique, l’humanité va-t-elle au devant d’une catastrophe?

Konrad Steffen: Catastrophe, c’est trop dire. Cela voudrait dire un changement extrêmement rapide.

Mais nous observons aujourd’hui des variations climatiques extrêmes. Dans le chaud comme le froid. Ces extrêmes peuvent en soi engendrer des catastrophes.

C’est d’ailleurs un sujet de recherche actuel: Est-il possible de prédire ces extrêmes? Ou allons-nous constamment être pris par surprise par ces événements?

Actuellement, nous réchauffons les océans. Ils emmagasinent la chaleur de l’atmosphère. Un processus très lent. Mais il affecte la glace et les calottes glaciaires.

Au Groenland, les glaciers bougent beaucoup plus rapidement vers l’océan. Si cela continue, nous pourrions être surpris. Les pertes de glace seront bien plus importantes que celles actuellement observées. Au Groenland comme en Antarctique.

En tant que chercheur, où se situe votre principale inquiétude pour la planète et l’humanité?

Nous savons que la tendance est au réchauffement du climat. Nous savons qu’il n’est pas provoqué par la variabilité naturelle. Avec nos modèles en effet, en incluant tous les gaz à effet de serre actuellement dans l’atmosphère, nous pouvons répliquer l’état actuel du climat et ce réchauffement.

Ce qui est inquiétant pour moi, c’est le temps qu’il faut pour s’adapter. Nous dépendons de certains types de ressources énergétiques. L’industrie repose sur des fondements qu’il n’est pas possible de changer en cinq ou dix ans.

L’adaptation prend beaucoup de temps. D’autant qu’il est difficile de faire comprendre que même si on cesse toute émission de CO2, le réchauffement, la fonte des glaciers, l’élévation des océans se poursuivront encore longtemps.

L’humanité sera-t-elle en mesure de se sauver elle-même?

Oui, je crois. Même si nous continuons à émettre davantage de gaz à effet de serre, ce n’est pas la fin du monde. Mais cela rendra des régions plus difficiles à vivre.

Avec deux ou trois degrés de hausse des températures d’ici la fin du siècle, certaines vont s’assécher. L’eau, essentielle à la vie, sera difficile à se procurer. Les gens migreront.

Nous verrons des problèmes liés à l’eau et des bouleversements dans la distribution de la production alimentaire. Pour moi, les problèmes qui en découleront sont aussi inquiétants que la hausse des températures en elle-même.

Face au changement climatique, en fait-on assez?

Pour être honnête, l’humanité réagit très lentement. Je le vois partout. Les gens sont conscients des problèmes. Ils ont plus de voitures plus propres, de maisons mieux isolées. Pourtant, nous augmentons chaque année nos émissions de CO2. En clair, globalement, l’humanité ne répond pas au défi.

Dans le passé, les pays industrialisés ont utilisé des quantités énormes d’énergie. C’est un problème. Car les pays émergeants et en développement enregistrent de fortes croissances. Ils deviennent les principaux émetteurs de CO2.

Mais comment leur dire qu’ils ne doivent pas le faire alors que nous l’avons fait ces cinquante dernières années? Comment les convaincre de se tourner vers des technologies plus propres? C’est un défi énorme. (Newsnet)

Créé: 06.07.2012, 07h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

6 Commentaires

Claude SAUVAIN

06.07.2012, 07:49 Heures
Signaler un abus 17 Recommandation 0

Enfin un discours sensé ! Répondre


Fritz Moser

06.07.2012, 09:10 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

Est-ce, pas à pas, l'accomplissement des prophéties bibliques ? du moins pour celui qui les connait et qui voit ce qui se passe sur notre planète, c'est effectivement "biblique" ce que vit notre monde. Qu'on le veuille ou non !! Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne