ACCUEIL 22.12.2014 Mis à jour à 07h01

Dans vingt ans, nous mangerons plus d'insectes que de viandes

Environnement

Hausse des prix alimentaires, croissance démographique, problèmes environnementaux: l’humanité n’a pas fini de s’inquiéter pour son alimentation. Que mangerons-nous demain? La BBC a tenté de répondre.

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 31.07.2012 2 Commentaires
Les mets à base d’insectes pourraient ressembler au steak haché ou à la saucisse à la viande.

Les mets à base d’insectes pourraient ressembler au steak haché ou à la saucisse à la viande.
Image: Keystone

L'entomophagie

Articles en relation

Partager & Commenter

«Nous sommes nombreux en Occident à avoir grandi avec une viande abondante et bon marché.»

Interrogée par la BBC, la futurologue nutritionnelle Morgaine Gaye constate que «la hausse des prix fait que la viande commence à redevenir un produit de luxe. Résultat, il s’agit de trouver des alternatives à la viande».

Parmi les pistes envisagées, il y a les insectes. Riches en protéines, ils coûtent moins que le bétail, consomment moins d’eau et leur empreinte carbone est faible. Mieux: il en existe 1400 espèces…

Selon Morgaine Gaye, les mets à base d’insectes pourraient ressembler au steak haché ou à la saucisse à la viande.

Exemple hollandais

Le gouvernement hollandais vient par exemple d’investir un million d’euros dans la recherche et l’encadrement de l’élevage d’insectes à des fins alimentaires.

«Ils deviendront populaires une fois que nous aurons banni le mot insecte, au profit d’appellation du style mini-bétail», indique très sérieusement la spécialiste.

De la même manière, les 10'000 variétés d’algues sont une piste sérieuse pour aider l’humanité à se nourrir demain. C’est le cas aussi de la viande produite in-vitro.

La NASA notamment a planché sur ce type d’alimentation pour ses astronautes. Une récente étude de l’université d’Oxford va dans le sens de l’agence américaine.

Dès cette année

La viande produite en laboratoire couterait nettement moins en eau, en énergie et en émissions de gaz à effet de serre que les abattoirs. Sans parler du gain de place.

Cette viande in-vitro peut sembler encore lointaine. Mais des chercheurs hollandais l’ont produite cette année.

À partir de tissus musculaires tirés de cellules souches bovines, ils ont développé un produit à l’apparence proche du calmar. Et comptent créer le premier «test-tube burger» d’ici la fin de cette année, selon la BBC.

Avec le son

Pour faire saliver, ces nouvelles formes d’alimentation ont encore du pain sur la planche. Odeur, apparence et goût seront essentiels. Mais le son a son importance aussi, constate une étude oxfordienne.

Certains sons rendent les aliments plus sucrés ou plus amers, ont observé les chercheurs. Une question de fréquences. Il paraît donc possible d’ajuster le goût d’un aliment en modifiant le contexte sonore, relaye la BBC.

Un chef fameux a par exemple lancé un met baptisé «Sound of the sea». La bande son de bord de mer diffusée à ses clients leur fait apparaître les aliments plus frais. Tout un champ des possibles s'ouvre. (Newsnet)

Créé: 31.07.2012, 08h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Hubert Giot

02.08.2012, 19:33 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

et dans 50 ans, il n'y aura plus rien à manger ! Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons