ACCUEIL 29.7.2016 Mis à jour à 11h56

Une équipe italo-genevoise dévoile une faille du VIH

Santé

Des scientifiques des universités de Genève et de Trento (I) sont parvenus à trouver une faille dans le processus infectieux du virus VIH, responsable du Sida.

Mis à jour le 30.09.2015

Image: Keystone

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Leurs recherches ont mené à la découverte d'une protéine antirétrovirale, appelée SERINC5, qui, en quantité suffisante, est capable de freiner l'agressivité du virus.

Cette protéine a comme faculté d'entraver l'infection par le VIH. Le virus ne parvient plus avec efficacité à s'attaquer à des cellules. Le SERINC5 agit comme un signal d'alarme et prévient la cellule de l'arrivée du pathogène. Le virus n'est alors plus capable de pénétrer la cellule, explique mercredi l'Université de Genève.

Pour contrecarrer le SERINC5, le virus VIH dispose d'une autre protéine, appelée Nef, qui renforce l'infectivité des particules virales. Nef, en inhibant SERINC5, est donc un élément vital pour le VIH et son développement infectieux. Toutefois, si SERINC5 est présent en grande quantité, Nef n'arrive plus à prendre le dessus.

De longues recherches en perspective

L'objectif des scientifiques sera dorénavant de renverser l'équilibre des forces et de favoriser le SERINC5. Contrairement à d'autres rétroviraux découverts précédemment, SERINC5 possède comme atout d'être exprimée dans toutes les cellules du système immunitaire du corps humain, relève l'Université de Genève.

Les recherches vont maintenant porter sur cette faille du VIH et sur la meilleure manière de l'exploiter. Les stratégies thérapeutiques consisteraient soit à renforcer la présence de SERINC5 dans toutes les cellules, soit à modifier la structure de la protéine pour lui permettre de mieux échapper au pouvoir d'inhibition de Nef.

L'Université de Genève précise que les recherches dans ce domaine seront un travail de longue haleine. La découverte des chercheurs genevois et italiens a été publiée dans la revue spécialisée «Nature». (ats/nxp)

Créé: 30.09.2015, 19h02

0

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité
Aucun commentaire pour le moment

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne