ACCUEIL 2.9.2014 Mis à jour à 18h36

Des Zurichois découvrent le point d’accès des métastases aux organes

Médecine

Des chercheurs de l’Université de Zurich ont découvert pour la première fois comment les métastases de cellules cancéreuses passent du sang dans les organes.

Mis à jour le 12.07.2012
la découverte à été faite par une équipe européenne de chercheurs de l’Université de Zurich.

la découverte à été faite par une équipe européenne de chercheurs de l’Université de Zurich.
Image: DR-a

Partager & Commenter

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Mots-clés

Les métastases - et non les tumeurs - sont responsables à 90% des décès dus au cancer. Des chercheurs de l’Université de Zurich ont découvert pour la première fois comment les métastases de cellules cancéreuses passent du sang dans les organes.

Les métastases sont des excroissances produites par des cellules issues de la tumeur initiale. Ces cellules cancéreuses se répandant par voie sanguine dans le corps de la personne atteinte. On ignorait jusqu’ici pourquoi et comment ces cellules pénètrent depuis la voie sanguine dans de nouveaux tissus.

Une équipe européenne autour de Lubor Borsig de l’Université de Zurich a identifié le mécanisme: les cellules cancéreuses manipulent une certaine molécule «gardienne» sur la paroi des vaisseaux sanguins, rapportent les chercheurs dans la revue spécialisée «Cancer Cell».

Des récepteurs cellulaires, les chemokines, jouent un rôle. Des valeurs élevées de chemokine CCL2 passaient jusqu’ici uniquement pour le signe d’une rapide croissance de tumeurs métastasantes du sein, de la prostate ou de l’intestin. Plus la valeur est élevée, plus le pronostic est sombre. Autre rôle

Des tests sur des souris et des cultures de cellules ont révélé un autre rôle de la CCL2: elle active une molécule «gardienne» sur les parois des vaisseaux sanguins, explique Lubor Borsig. La cellule du cancer de l’intestin peut alors quitter la voie sanguine pour former des méstastases dans d’autres organes.

Chez les personnes en bonne santé, ce «cerbère» sert probablement à réguler la perméabilité des vaisseaux lors d’une réaction immunitaire.

«La découverte de ce mécanisme fournit une approche tout à fait nouvelle pour le développement de médicaments contre les métastases du cancer du sein, de la prostate et de l’intestin», affirme Lubor Borsig. Ces médicaments pourraient stopper les métastases en bloquant le point d’accès des cellules cancéreuses aux organes.

Créé: 12.07.2012, 13h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne