Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 10:13

Discussion

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

7 Commentaires

C'est une formidable découverte qui va aider les médecins-rhumatologues pour l'établissement du diagnostic, complémentaire avec celui du patient aidé par l' "échelle 1/10". Je pense que cela va être une aide également pour le dosage des médicaments. Bravo l'EPFL.


Il y a des gens qui simulent aux urgences ? Et ben... c'est vrai que c'est sympa de passer 3h à attendre pour rien :S Et comme dit, la douleur est propre à la personne, à sa vie. Si une personne est mal psychologiquement, si elle est choquée, si elle fait du sport (les sportifs ne ressentent pas la douleur de la même manière par habitude), etc. Comment juger ça ? Faire confiance, ça, ça existe tjr


Il y a des gens qui sont soit paresseux, soit amorphes quoique en bonne santé, et des gens qui souffrent mais qui bougent car, dans les cas de douleurs rhumatismales par exemple, ils sont obligés de bouger, même se cela les fait énormément souffrir car sinon c'est l'ankylose et la chaise roulante. D'accord avec Tanka, si la connerie humaine était détectable les appareils exploseraient !


Par contre, personne ne s'est interessé à faire de la recherche pour un appareil capable de détécter la connerie humaine...et c'est normal...gros risque de surchauffe.


Quelle horreur ! Toutes et tous formatés pareil. "Non tu n'as pas mal, c'est la machine qui le dit alors cesse de te plaindre !"La douleur, c'est pas seulement physique, c'est aussi une émotion qui parle plus que la sensation. Dire "J'ai mal", ça veut dire "Aidez-moi" mais ça veut surtout dire "Ecoutez-moi !" Et ça, aucune machine ne peut le faire.


Il est clair que le système de note de 1 à 10 n'est pas formater... Réfractaire au changement ?

Signaler un abus

Effectivement, un cancéreux en phase terminale bouge moins qu'un sprinter du 100m et souffre beaucoup plus. Cette invention est un peu le fil à couper le beurre.



Retour à l'article
Publicité