Jeudi 20 juillet 2017 | Dernière mise à jour 20:08

Prévention Le dépistage est un élément clé de la lutte contre les cancers

Des outils imparfaits mais essentiels permettent de dépister précocement certaines tumeurs. Avec toutefois des risques de surdiagnostic ou de surtraitement à mettre en balance avec les effets positifs.

Le cancer du sein touche environ 5500 femmes par an en Suisse dont 1400 en meurent.

Le cancer du sein touche environ 5500 femmes par an en Suisse dont 1400 en meurent. Image: Istockphoto

De quoi on parle

De nombreux pays font le choix de mettre en place des programmes de dépistage organisé pour les cancers les plus fréquents ou les plus graves. Mais leur pertinence est parfois remise en question, les experts opposant souvent
les bénéfices à l’échelle de la population aux risques individuels.

Un groupe d’experts piloté par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) vient de publier dans le New England Journal of Medicine, revue médicale de référence,
une analyse qui confirme le bénéfice du dépistage du cancer du sein par mammographie chez les femmes après 50 ans.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Diminuer la mortalité due aux cancers passe par une amélioration des traitements, mais également par un dépistage aussi efficace que possible. En effet, dans la plupart des cas, le pronostic est meilleur quand la maladie est détectée à un stade précoce. Or c’est tout le paradoxe du dépistage: rechercher chez une personne en bonne santé les premiers signes d’une maladie, dont on ne sait pas comment elle évoluerait sans traitement, comporte le risque de surtraiter ou de découvrir des informations dont on ne sait que faire. C’est pourquoi, pour chaque type de cancer, les experts mettent en balance les bénéfices, les effets néfastes, ainsi que le coût des dépistages avant de fournir des recommandations. Le point sur la situation actuelle.

1. Cancer du sein

Il touche environ 5500 femmes par an en Suisse dont 1400 en meurent. Plusieurs cantons romands proposent des mammographies de dépistage destinées aux femmes de 50 à 69 ans – période de la vie où le risque est maximal – à réaliser tous les deux ans. Le dépistage opportuniste, plus fréquent en Suisse alémanique, consiste à effectuer une mammographie en fonction du suivi médical. «Ce dépistage a été critiqué mais les conclusions du groupe d’experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) publiées dans le New England Journal of Medicine réaffirment un rapport bénéfices risques favorable pour la mammographie», commente Idris Guessous, médecin et épidémiologiste aux Hôpitaux universitaires de Genève et au CHUV. Les scientifiques estiment en effet que les femmes entre 50 et 69 ans qui réalisent régulièrement une mammographie voient leur risque de mourir d’un cancer du sein diminuer de 40%.

2. Cancer colorectal

Hommes et femmes sont concernés par ce cancer encore associé à une importante mortalité. Pourtant, il se guérit dans 90% des cas quand il est détecté tôt. Malheureusement, pour beaucoup de patients, le diagnostic est posé à un stade avancé et les traitements sont alors peu efficaces. Les tests de recherche de sang dans les selles, s’ils sont effectués tous les deux ans, comme cela est recommandé, sont un outil de dépistage utile. Réaliser une coloscopie (examen du rectum et du côlon par endoscopie) tous les dix ans est une option également reconnue.

3. Cancer de la prostate

C’est le cancer le plus fréquent chez les hommes mais c’est aussi une maladie qui évolue lentement. «Beaucoup d’hommes âgés ont un cancer de la prostate mais ne mourront pas de cela», souligne Idris Guessous. Le dépistage par dosage du taux de PSA (antigène prostatique spécifique) dans le sang a été accusé de conduire à un large surdiagnostic. «On ne sait pas aujourd’hui prédire sur la base du seul taux de PSA quelle tumeur va mettre la vie du patient en danger ou pas, explique Idris Guessous. Ce dépistage n’est donc sans doute pas le meilleur moyen de faire baisser la mortalité liée à ce cancer.» Pour sa part, la Ligue suisse contre le cancer ne recommande pas de doser le PSA de manière systématique.

4. Cancer du poumon

Il est celui qui tue le plus: 2000 hommes et 1000 femmes chaque année en Suisse. Paradoxalement, il n’existe pas de dépistage. «C’est un sujet délicat, reconnaît Jakob Passweg, président de la Ligue suisse contre le cancer. Ce cancer est majoritairement lié au tabac. La position actuelle consiste à mettre plus de moyens dans la lutte contre le tabagisme. La société estime qu’il est de la responsabilité des fumeurs de prendre en charge ce risque.» Pourtant des études montrent que l’imagerie par CT-scan permet de dépister tôt ce cancer, dont le pronostic se péjore avec le temps.

5. Les patients à haut risque

«Si les recommandations valent pour M. et Mme Tout-le-monde, le suivi est différent pour les personnes dites à haut risque, rappelle Jakob Passweg. Il est notamment important que chacun informe son médecin des antécédents familiaux de cancer, car il existe des prédispositions génétiques héréditaires pour certains cancers, comme le mélanome, le cancer du côlon, du sein et de la prostate.»

«Le dépistage peut alors débuter plus tôt, explique Idris Guessous, même si les modalités de la détection peuvent varier selon les cas.» Pour le cancer du sein par exemple, la densité des tissus mammaires avant 50 ans n’est pas idéale pour la mammographie, c’est donc l’IRM qui est préconisée. Quant au cancer du côlon, la coloscopie reste l’examen de référence. «Selon les cas, une consultation de médecine génétique est aussi importante afin que les personnes aient le plus tôt possible toutes les données en main», ajoute Jakob Passweg. (Le Matin)

Créé: 21.06.2015, 10h03

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.