ACCUEIL 23.10.2014 Mis à jour à 11h17

Le mélanome est en forte augmentation en Suisse

Santé

Avec 2000 nouveaux cas de mélanome de la peau diagnostiqués chaque année, la Suisse arrive en tête des pays européens les plus touchés par ce cancer.

Mis à jour le 16.04.2012 5 Commentaires
Pour la période 2004-2008, le taux de nouveaux cas diagnostiqués est légèrement inférieur pour les femmes que pour les hommes.

Pour la période 2004-2008, le taux de nouveaux cas diagnostiqués est légèrement inférieur pour les femmes que pour les hommes.
Image: Keystone

Le nombre de cas enregistré a fortement augmenté durant les deux dernières décennies, en particulier chez les hommes. Pour la période 2004-2008, le taux de nouveaux cas diagnostiqués annuellement est légèrement inférieur pour les femmes (21 pour 100’000) que pour les hommes (23,4 pour 100’000), a indiqué lundi l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Entre 1984-1988 et 2004- 2008, le taux de nouveaux cas a également progressé moins fortement chez les femmes (50%) que chez les hommes (80%).

Cette croissance s’observe toutefois surtout pour les cas de mélanome à un stade peu avancé, qui présentent de meilleures chances de survie. En 2004-2008, 7% des mélanomes de la peau chez les femmes et 10% chez les hommes étaient diagnostiqués à un stade avancé, soit avec une épaisseur supérieure à 3 millimètres.

Les hommes se protègent moins

Les hommes sont moins nombreux à déclarer se protéger du soleil que les femmes: 79% contre 89%, en 2007. Ils sont aussi moins nombreux à avoir fait contrôler leur peau au moins une fois dans leur vie (33% contre 37%). La protection vis-à-vis du soleil et le dépistage sont également moins fréquents parmi les personnes avec un bas niveau de formation ou un faible revenu, note l’OFS.

Chez les femmes, les mélanomes de la peau sont le plus souvent dépistés aux jambes (38% en 2004-2008), alors que chez les hommes, c’est le tronc qui est le plus fréquemment touché (44%). Entre les périodes 1999-2003 et 2004-2008, le nombre de cas détectés au niveau des bras et du tronc a significativement augmenté.

Ce phénomène est souvent expliqué, dans la littérature spécialisée, par les changements dans les habitudes d’exposition au soleil, les loisirs et la façon de s’habiller, précise l’OFS. Les rayonnements ultra-violets émis par le soleil représentent en effet le principal facteur de risque du mélanome de la peau, qui est le quatrième cancer le plus fréquent en Suisse.

Campagne nationale

Les autres facteurs de risque sont l’existence de nombreux grains de beauté, les antécédents familiaux ou individuels de cancer de la peau, ou encore les prédispositions génétiques.

Une campagne nationale de prévention sera menée prochainement. Les 7, 9 et 11 mai, de nombreux dermatologues offriront des examens préliminaires gratuits de grains de beauté suspects. Ceux-ci seront proposés dans des cabinets et hôpitaux, indique le site Internet de la Société suisse de dermatologie et de vérologie.

Différences régionales

Les taux de mortalité sont restés relativement stables. Pour la période 2004-2008, il est de 3,7 pour 100’000 habitants chez les hommes et de 2,1 pour 100’000 chez les femmes. La mortalité chez les hommes est un peu plus élevée en Suisse alémanique qu’en Suisse latine.

Un différence entre les régions linguistiques s’observe également dans l’augmentation du nombre de cas durant les deux décennies prises en compte. Les taux d’incidence ont été multipliés par 2,2 chez les hommes et 1,9 chez les femmes en Suisse latine, contre respectivement 1,7 et 1,4 en Suisse alémanique.

Registres cantonaux

Le mélanome est responsable d’environ 2% de l’ensemble des décès par cancer, avec en moyenne 285 morts par année sur la période 2004- 2008. Si ce type de cancer se développe dans l’immense majorité des cas dans la peau, il existe aussi des mélanomes de l’oeil, des muqueuses et, plus rarement encore, des organes internes.

Les nouveaux cas de cancer sont enregistrés dans les cantons où existe un registre cantonal des tumeurs - ils étaient 15 en 2008 - et sont centralisés par l’Institut national d’épidémiologie et d’enregistrement du cancer (NICER). Les valeurs pour l’ensemble de la Suisse sont extrapolés sur la base des registres existants. (ats/Newsnet)

Créé: 16.04.2012, 10h15

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

5 Commentaires

jacques sanspeine

16.04.2012, 10:55 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

une fois de plus, nous avons l'exemple de l'incompétence de nos journalistes ! Une photo disproportionnées au texte et un texte qui n'explique même pas ce qu'est un mélanome ! On reprend ce que dit l'ATS,,,,sans plus...et voilà le travail !(mais sans doute le journaliste ne sait-il pas ce que c'est et chercher dans un simple dico ... c'est trop demander !! Répondre


Omer Dalors

16.04.2012, 11:17 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

Une chose est sure, pas de risque de mélanome chez ceux qui écrivent des commentaires ici moi y compris, aucune chance d'avoir quelque chose de malin !!! Répondre



Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!