Jeudi 8 décembre 2016 | Dernière mise à jour 00:47

etude L'ecstasy aide à déceler les émotions positives

L'ecstasy facilite la détection des émotions positives sur un visage, selon une étude de l'Université de Bâle. La substance rend toutefois les regards hostiles moins évidents...

Les auteurs de l'étude ont déduit que l'ecstasy ne développe pas toujours l'empathie.

Les auteurs de l'étude ont déduit que l'ecstasy ne développe pas toujours l'empathie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'interprétation des émotions positives sur un visage est facilitée sous ecstasy. C'est ce qui ressort d'une étude de l'Université et de l'Hôpital universitaire de Bâle rendue publique vendredi. Les sujets sous influence de cette drogue ont la faculté d'interpréter une expression faciale amicale plus facilement que la moyenne, mais ont plus de difficultés à interpréter un regard hostile.

Selon l'étude, ce dérivé de l'amphétamine, populaire dans les milieux festifs, a un impact émotionnel non négligeable et renforce les sentiments et les pensées du sujet sous influence. Elle affecte également la perception et le traitement des signaux sociaux.

Les pharmacologues ont placé les cobayes devant le test "Reading the mind in the eyes", consistant à déterminer les émotions correspondant à 36 photographies de paires d'yeux. Quatre réponses sont possibles pour chaque cliché, mais une seule est correcte.

Pour les besoins de l'étude, 24 hommes et femmes se sont prêtés au test deux jours durant, une fois en ayant ingéré 125 milligrammes d'ecstasy pure et une autre fois en ayant seulement pris un placebo.

Dans l'ensemble, le résultat est nuancé; les cobayes sous l'influence du psychotrope ont eu du mal à reconnaître une expression hostile, mais on plus facilement reconnu un visage "amical" ou "intéressé" que les sujets sous placebo. Les auteurs de l'étude en ont déduit que cette drogue ne développe donc pas toujours l'empathie.

"Le monde apparaît plus rose sous ecstasy", en conclut Cédric Hysek, principal auteur de l'étude. Mais selon lui, cela représente un certain risque: comme les personnes ayant consommé de l'ecstasy sont moins aptes à reconnaître un regard hostile, elles s'exposent forcément à certains dangers. (ap/nxp)

(Créé: 10.08.2012, 16h19)

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Les plus partagés Sante