Vendredi 26 mai 2017 | Dernière mise à jour 02:37

Smartphones explosifs L''EPFZ développe des batteries plus sûres

Le naufrage du dernier Samsung, retiré cette semaine pour cause de batteries explosives, illustre les problèmes de miniaturisation des batteries lithium-ion.

Un smartphone victime d'une explosion

Un smartphone victime d'une explosion Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des chercheurs de l'EPFZ ont développé un modèle ininflammable, mais il doit encore évoluer.

Le géant sud-coréen Samsung a annoncé mardi l'arrêt total de la production de son smartphone Galaxy Note 7, plusieurs d'entre eux ayant pris feu. Des cas statistiquement très rares mais aux conséquences incalculables.

Le phénomène ne touche pas que les téléphones portables, des incendies de batteries ont déjà eu lieu dans différents produits, dont des ordinateurs portables de Sony, des planches à roulettes électriques, des bicyclettes électriques et même des avions Dreamliner de Boeing. Apple et Tesla n'ont pas été épargnés.

Les batteries lithium-ion sont une technologie en constante évolution où les fabricants doivent faire un compromis entre performance, coût et sécurité. Commercialisées pour la première fois par Sony dans les années 1990, elles dominent le marché de l'électronique, et commencent à prendre l'avantage sur les autres batteries dans les transports.

Electrolyte inflammable

Elles sont basées sur l'échange réversible de l'ion lithium entre une cathode et une anode, passant par un séparateur et un électrolyte (un liquide ou un gel). Avec cette technologie, on est passé d'un électrolyte aqueux à un électrolyte organique, de la famille des carbonates, dont l'inconvénient est d'être potentiellement inflammable.

La réaction chimique produisant de la chaleur, un excès de température ou de tension peut être en cause lors des incidents. Les couches de matériaux conducteurs étant supposées ne jamais entrer en contact, les constructeurs insèrent des séparateurs en matière synthétique afin d'éviter les courts-circuits.

Le processus de fabrication peut toutefois endommager les séparateurs. Un défaut d'étanchéité de l'enveloppe peut également être en cause.

En quête d'alternatives

«Le lithium est hautement réactif», a expliqué à l'ats Jennifer Rupp, de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ): «Si l'électrolyte liquide avec le lithium qu'il contient entre en contact avec l'air, il peut s'enflammer spontanément».

C'est pourquoi de nombreux laboratoires dans le monde travaillent sur des alternatives plus sûres. Une des possibilités est d'élaborer des enveloppes plus résistantes. L'équipe de Jennifer Rupp privilégie une autre piste: elle a développé une batterie lithium-ion sans liquide ni gel. Même à haute température, elle ne peut s'enflammer.

Dans cet accumulateur, non seulement les électrodes, mais aussi l'électrolyte est solide. Il est fait d'un composé appelé lithium-grenat qui compte parmi les matériaux ayant la meilleure capacité conductrice des ions lithium.

Séparateur plus fin

Le nouvel accu se recharge également plus vite qu'un modèle classique grâce à une surface de contact plus grande entre le pôle négatif et l'électrolyte. Les chercheurs envisagent des débouchés dans des batteries fines que l'on pourrait placer directement sur les puces électroniques.

En effet, cette technologie permet d'utiliser un séparateur plus fin: 100 nanomètres (milliardièmes de mètre) au lieu de 10 micromètres (millionièmes de mètre) environ actuellement, précise Mme Rupp.

Il y a néanmoins un bémol, et de taille: même si elle peut fonctionner à température ambiante, la batterie sèche donne pour l'instant le meilleur d'elle-même aux environs de 95 degrés. C'est la température à laquelle les ions se déplacent le mieux dans l'accumulateur.

Pas pour tout de suite

Une utilisation dans le domaine des téléphones portables n'est donc pas pour tout de suite. En attendant, les scientifiques voient leur invention par exemple dans des centrales d'accumulation d'électricité couplées à des installations industrielles produisant de la chaleur.

Selon Jennifer Rupp, une commercialisation n'est de toute manière guère envisageable avant cinq ans. Ces recherches ont été publiées cet été dans la revue Advanced Energy Materials. Elles se poursuivent en collaboration avec l'Institut Paul Scherrer et l'Empa. (ats/nxp)

Créé: 15.10.2016, 09h06

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.