ACCUEIL 25.10.2014 Mis à jour à 18h38

Les lacs souffrent du réchauffement climatique

Etude

L'augmentation des températures a des conséquences graves pour les lacs d'Europe centrale. Le renouvellement des eaux devient insuffisant et la prolifération des algues s'en trouve favorisée.

Mis à jour le 16.07.2012 2 Commentaires
Le problème réside dans le fait que l'homme a modifié simultanément deux propriétés sensibles des lacs, notamment la concentration en éléments nutritifs et, avec le réchauffement du climat, la température de l'eau.

Le problème réside dans le fait que l'homme a modifié simultanément deux propriétés sensibles des lacs, notamment la concentration en éléments nutritifs et, avec le réchauffement du climat, la température de l'eau.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

L'hiver 2012, avec de grands froids et des vents violents, a cependant freiné l'évolution de ce phénomène. C'est ce qu'a montré une étude publiée lundi par une équipe de chercheurs de l'Université de Zurich dans la revue scientifique Nature Climate Change.

A cause des eaux de ruissellement, les lacs d'Europe centrale ont connu une forte hausse des concentrations en engrais au cours du XXe siècle. Il en est résulté une prolifération des algues et des cyanobactéries. Certains de ces organismes, comme l'algue rouge de Bourgogne, sont toxiques et limitent l'utilisation de l'eau par l'homme.

En outre, les algues en décomposition consomment beaucoup d'oxygène et privent les poissons de cet élément essentiel. La population piscicole s'en trouve appauvrie. Le problème ne réside pas seulement dans les quantités absolues d'azote et de phosphore dans les lacs, les deux principaux éléments nutritifs des algues, a constaté l'équipe de chercheurs emmenée par Thomas Posch.

L'homme a modifié son comportement et les phosphates ont été interdits, ce qui a entraîné une forte baisse de leurs concentrations durant ces dernières décennies. En revanche, la charge en azote n'a pas diminué dans la même proportion. Or, les concentrations actuelles en éléments nutritifs peuvent conduire à une prolifération incontrôlée de certaines espèces de cyanobactéries, comme l'algue rouge, dans des lacs considérés jusqu'ici comme assainis.

Intervention humaine

Le problème actuel réside dans le fait que l'homme a modifié simultanément deux propriétés sensibles des lacs, notamment la concentration en éléments nutritifs et, avec le réchauffement du climat, la température de l'eau, a relevé le limnologue Thomas Posch, qui a bénéficié pour son étude de la collaboration du Service des eaux de Zurich et des données récoltées durant 40 ans. Il a ainsi découvert que ces deux facteurs ont conduit à une hausse de la concentration en cyanobactérie «planktothrix rubescens», appelée également algue rouge de Bourgogne.

L'algue rouge du lac de Zurich a été décrite pour la première fois en 1899 et constitue un phénomène connu de longue date. Cette eau est utilisée pour le réseau d'eau potable et il avait fallu éliminer totalement cet organisme et ses toxines.

Un contrôle naturel de cette prolifération s'effectue chaque année au printemps lorsque les eaux du lac de Zurich sont fortement refroidies. Les forts vents de l'hiver 2012 ont favorisé le mélange des eaux de surface avec celles des profondeurs. Or, l'algue rouge ne supporte pas des hautes pressions comme celle de 13 bars régnant à 130 mètres de fond. Le deuxième effet positif de ce mélange était le transport d'oxygène dans les profondeurs.

Déficit en oxygène

Pour les experts, la situation a totalement changé en 40 ans. Le réchauffement des eaux de surface est de 0,6 à 1,2 degré supérieur à la moyenne de cette période. Les hivers ont été en général trop chauds et le mélange des eaux de surface avec celles des profondeurs ne s'est effectué que partiellement.

La conséquence est un gros déficit en oxygène dans les eaux profondes et une réduction insuffisante des algues rouges.

Bien que la problématique des substances nutritives soit partiellement résolue, nous vivons une situation paradoxale: dans certains lacs, le réchauffement du climat travaille contre les mesures d'assainissement, a observé Thomas Posch. Des hivers rigoureux comme celui de 2011-2012 enrayent cependant ce phénomène. (ap/Newsnet)

Créé: 16.07.2012, 14h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Amara Haitier

16.07.2012, 15:56 Heures
Signaler un abus 9 Recommandation 0

Concernant la Suisse, les études de Larocque-Tobler, M- Stewart, R Quinlan, M. Trachsel, C. Kamenik, M. Grosjean sur les sédiments du Silvaplana démontent que la période actuelle n'est de loin pas sans précédents. Les lacs ont survécu, la preuve, ils sont toujours là. Arretez SVP de nous vendre le variations climatiques sous l'étiquette de l’événement unique et actuel. Le dogme ne fonctionne plus Répondre


Olivier Staiger

16.07.2012, 16:42 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

le renouvellement des eaux devient insuffisant ? Bon, va falloir que j'aille faire pipi dans le lac ? Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne