ACCUEIL 27.5.2016 Mis à jour à 00h00

Vers un vaccin universel contre la grippe

Recherche

Un pas de plus a été fait vers le «Graal» de la recherche sur la grippe, le vaccin unique protégeant contre toutes les souches de virus.

Mis à jour le 24.08.2015 9 Commentaires
Photo d'illustration -  Plusieurs experts qui soulignent toutefois qu'une arrivée dans les pharmacies du nouveau vaccin n'est pas pour demain.

Photo d'illustration - Plusieurs experts qui soulignent toutefois qu'une arrivée dans les pharmacies du nouveau vaccin n'est pas pour demain.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le virus de la grippe change chaque année et le vaccin doit donc s'adapter. Mais deux études importantes publiées lundi pourraient accélérer le développement d'un vaccin antigrippal universel.

Véritable «Graal» de la recherche sur la grippe, la mise au point d'un vaccin unique protégeant contre toutes les souches de virus grippaux, fait l'objet de recherches depuis plusieurs années, sans qu'aucun vaccin n'ait à ce jour été testé sur l'homme.

Deux études distinctes, publiées dans les revues britannique Nature et américaine Science, rapportent avoir démontré «la preuve de concept» de vaccins universels sur des souris, des furets et des singes. Ce résultat a été accueilli très favorablement par plusieurs experts qui soulignent toutefois qu'une arrivée dans les pharmacies du nouveau vaccin n'est pas pour demain.

Les deux équipes de chercheurs ont concentré leurs recherches sur l'élément du virus qui est la principale cible des anticorps: l'hémagglutinine. Cette protéine, présente à la surface du virus de la grippe, permet sa fixation sur les cellules de l'organisme.

Virus pas totalement neutralisé

Dans l'étude publiée dans Nature, des chercheurs de l'institut américain des allergies et des maladies infectieuses, précisent avoir testé avec succès leurs vaccins sur des souris et des furets, des animaux qui présentent les mêmes symptômes que l'homme.

Plutôt que de cibler la tête de l'hémagglutinine, en constante mutation, les chercheurs ont visé la tige de cette protéine, beaucoup plus stable. En liant cette base provenant d'un virus A(H1N1) à des nanoparticules et en la combinant avec un adjuvant, ils ont réussi à immuniser les souris et les furets avant de leur injecter des doses létales de virus A(H5N1).

Bien que la vaccination n'ait pas réussi à neutraliser complètement le virus H5N1, elle a protégé complètement les souris et partiellement les furets.

«Cette découverte représente un pas important vers le développement d'un vaccin antigrippal universel», a indiqué à l'AFP Gary Nabel, le responsable de l'étude qui estime que les composants de son vaccin ne devraient pas dans un premier temps remplacer les vaccins traditionnels mais seulement les «compléter».

Réponse «large et protectrice»

Dans la seconde étude, un groupe de chercheurs dirigés par Antoinette Impagliazzo du Crucell Vaccine Institute, un Institut de recherche du laboratoire Janssen, a rapporté avoir testé un vaccin qui a conféré une protection complète à des souris et une réponse immunitaire large sur des singes.

Ils ont eux aussi travaillé sur la base de l'hémagglutinine en s'efforçant de trouver des configurations capables de se lier à des anticorps monoclonaux à large spectre, ciblant de multiples souches virales.

«Un développement passionnant»

Le candidat final «a démontré une capacité unique à provoquer une réponse immunitaire large et protectrice chez les souris et les primates non humains» soulignent les chercheurs qui estiment eux aussi avoir progressé en direction d'un vaccin anti-grippal universel.

«C'est un développement passionnant» note pour sa part Sarah Gilbert, un professeur de vaccinologie à l'Université d'Oxford. «Mais les nouveaux vaccins devront encore faire l'objet d'essais cliniques pour voir comment ils fonctionnent chez les humains (...) ce qui risque de prendre plusieurs années», ajoute-t-elle. (ats/nxp)

Créé: 24.08.2015, 21h23

9

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

9 Commentaires

alpha wave

24.08.2015, 23:22 Heures

Cela me fait penser aux annonces sur les OGM : des plantes miracles censées être "vaccinées" définitivement contre certaines maladies. Quel est le résultat quelques années plus tard ? Si ce vaccin produisait à terme l'effet inverse escompté, à savoir l'apparition d'un virus mutant ne fonctionnant plus comme ces "ancêtres" ? Répondre


Doris Botta

25.08.2015, 08:41 Heures

Et les effets secondaires de ce vaccin ?? Répondre