Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 02:16

Planète Mars Curiosity a découvert les traces d'un ancien ruisseau

Le robot américain a découvert des graviers provenant apparemment du lit d'un ancien écoulement d'eau qui dans le passé coulait vigoureusement.

A gauche, la trace de ce qui est considéré comme le reste du cours d'un ruisseau. A droite, à titre comparatif, un contexte similaire sur la Terre...

A gauche, la trace de ce qui est considéré comme le reste du cours d'un ruisseau. A droite, à titre comparatif, un contexte similaire sur la Terre... Image: Reuters

Galerie Photos

Curiosity atterrit sur Mars

Curiosity atterrit sur Mars Le robot Curiosity s'est posé sur mars lundi 6 août 2012, peu après 7h31. En images, voici son histoire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des responsables de la mission scientifique de Curiosity ont annoncé que des indices de la présence passée de l'eau sur la planète rouge avaient déjà été observés mais jamais de tels sédiments laissés par de l'eau. «C'est la première fois que nous voyons des graviers transportés par de l'eau sur Mars», a dit William Dietrich de l'Université de Californie, un des scientifiques de la mission.

«Ceci est une transition entre des hypothèses quant à la taille des matériaux transportés par un écoulement d'eau et une observation directe de ces derniers», a-t-il ajouté. Les images transmises par Curiosity, sur Mars depuis le 6 août, montrent des graviers cimentés dans une couche de roches conglomérées.

Les tailles et les formes de ces cailloux donnent une idée de la vitesse et de la distance de l'écoulement de ce ruisseau, selon ces scientifiques.

Longues distances

«A partir de la taille de ces graviers, on peut en déduire que l'eau s'écoulait à environ 0,91 mètre par seconde» et avec une profondeur d'un mètre environ, soit la distance de «la cheville à la hanche».

La forme arrondie de certains de ces cailloux indiquent qu'ils ont été transportés sur de longues distances depuis le haut du bassin où un «canal» appelé «Peace Vallis» rejoint l'écoulement alluvial.

«La forme de ces graviers révèle qu'ils ont été transportés et leur taille (plutôt importante, ndlr) confirme qu'ils n'ont pas été transportés par le vent mais par le flot de l'eau», a souligné Rebecca Williams du Planetary Science Institute à Tucson (Arizona), membre de l'équipe scientifique de Curiosity.

L'abondance de canaux dans ce bassin alluvial laisse penser que ces écoulements d'eau étaient continus ou répétés au cours d'une longue période, et non pas occasionnels ou même durant seulement quelques années, ont expliqué ces scientifiques. (afp/nxp)

(Créé: 28.09.2012, 07h03)
Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.