Lundi 29 août 2016 | Dernière mise à jour 16:03

Langage Des mots de l'âge de pierre sont encore utilisés

Certains noms, verbes, adjectifs et adverbes descendraient en grande partie de mots d'une langue commune que les hommes utilisaient il y a 15'000 ans, selon des linguistes britanniques.

Nos ancêtres utilisaient-ils les mêmes mots que nous aujourd'hui? Des chercheurs en sont persuadés.

Nos ancêtres utilisaient-ils les mêmes mots que nous aujourd'hui? Des chercheurs en sont persuadés. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des linguistes britanniques ont déterminé que nos ancêtres de l'âge de pierre vivant en Europe pourraient avoir utilisé certains mots reconnaissables aujourd'hui dans plusieurs langues modernes, selon leur étude publiée aux Etats-Unis.

Certains noms, verbes, adjectifs et adverbes descendent en grande partie de manière inchangée de mots d'une langue commune aux hommes qui s'est éteinte il y a environ 15'000 ans, explique Mark Pagel, professeur de biologie évolutive à l'Université de Reading, au Royaume-Uni, et principal auteur de cette étude.

Ces quelques mots comme: je, vous, nous, mère ou écorce (respectivement I, you, we, mother, man et bark en anglais), ont dans certaines langues le même sens et presque la même sonorité qu'ils avaient alors, ont déterminé ces linguistes anglophones.

Pendant 10'000 ans

Utilisant un modèle informatique, ces chercheurs ont pu déterminer que certains mots ont changé tellement lentement au cours du temps qu'ils peuvent conserver des traces de leur passé ancestral pendant 10'000 ans et plus. Ces mots indiquent l'existence d'une grande famille linguistique qui unifie sept groupes de langues en Eurasie, relèvent les chercheurs.

Jusqu'alors, les linguistes se basaient seulement sur l'étude des sons similaires parmi les mots pour identifier ceux qui étaient probablement dérivés d'ancêtres communs, tel «pater» en latin et «father» (père) en anglais. Mais cette approche présente l'inconvénient de rapprocher parfois des mots aux sonorités proches, mais au sens très différent, comme «team» (équipe) et «cream» (crème).

Les mots du quotidien préservés

Pour éviter ce problème, l'équipe du professeur Pagel est partie du principe que des mots utilisés quotidiennement étaient probablement préservés pendant de très longues périodes. Ils se sont basés sur cet élément pour prédire les mots ayant au final une sonorité proche.

«La façon dont nous utilisons certains mots dans le langage de tous les jours est quelque chose de commun à toutes les langues de l'humanité», relève M. Pagel dans un communiqué. «Nous avons découvert que des noms, pronoms et adverbes sont remplacés beaucoup moins souvent, à savoir une fois tous les dix mille ans et plus», précise-t-il.

Ainsi, «les mots utilisés plus d'une fois pour mille dans le langage quotidien avaient de sept à dix fois plus de chances de remonter très loin dans la superfamille ancestrale des langues eurasiennes», a estimé le chercheur, dont les travaux paraissent dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

Dans ses précédentes recherches, Mark Pagel a montré l'évolution des 7000 langues actuellement parlées dans le monde, révélant comment le langage est utilisé et pourquoi certains mots disparaissent. (ats/afp/nxp)

(Créé: 08.05.2013, 11h52)
Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.