Lundi 29 août 2016 | Dernière mise à jour 01:56

Souvenir Barthassat rend hommage à «Barthachat»

Le conseiller d'Etat genevois s'est tatoué un chat sur un mollet en vacances en Thaïlande. Un animal pour lequel il s'est beaucoup battu à Berne.

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Luc Barthassat va toujours jusqu'au bout. En politique comme ailleurs. Et cela peut aboutir à de drôles de conséquences. Le 30 décembre, l'édile genevois a profité de ses vacances en Thaïlande pour se tatouer un petit minet sur son mollet droit. Un clin d'œil amusant à ses années au Conseil national durant lesquelles il s'était fait connaître pour son combat contre la vente des peaux de chats.

«Il y a eu pas mal de moqueries par rapport à ça, se rappelle-t-il. Mais je n’ai pas le souvenir d’un combat qui ait suscité autant d'émotions. J'ai reçu d'innombrables messages d'encouragement, quelques photos de femmes dénudées avec un chat et même un appel de Brigitte Bardot en personne. C’était incroyable.»

Un post sur Faebook

Le conseiller d'Etat a profité de ce tatouage pour le poster sur Facebook et remercier au passage la patronne de SOS Chats Tomi Tomek et ses camarades Christophe Darbellay et Christian Lüscher. L'un comme l'autre l'ayant affublé des gentils surnoms devenus fameux depuis: «Barthacats» ou en français «Barthachat».

Pour en savoir plus, consultez le nouveau site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad. (Le Matin)

(Créé: 17.01.2016, 09h00)

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.