ACCUEIL 29.5.2016 Mis à jour à 13h28

Dominique Giroud a voulu «faire sauter le système»

Piratage informatique

Le vigneron a songé à hacker des journalistes, un procureur général, Pascal Couchepin et Eveline Widmer-Schlumpf.

Par Fabiano Citroni. Mis à jour le 24.01.2016 22 Commentaires
Dominique Giroud risque jusqu’à trois ans de prison pour
«tentative de soustraction de données».

Dominique Giroud risque jusqu’à trois ans de prison pour «tentative de soustraction de données».
Image: OLIVIER MAIRE/Keystone

Partager & Commenter

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Giroud a fraudé le fisc pendant plusieurs années pour des millions de francs. Le négociant en vin a berné la Confédération, son canton, sa commune. Mais le Valaisan n’a pas fait un seul jour de prison pour cela.

Il a été condamné à des jours-amendes avec sursis. En fait, ce qui l’a fait incarcérer deux semaines à Champ-Dollon en juin 2014, c’est autre chose: une histoire de piratage informatique d’ordinateurs de journalistes. Il voulait savoir qui les tuyautait. Une affaire rocambolesque.

Un univers mental singulier

Alors que l’enquête du Ministère public genevois sur ce hacking est à bout touchant, «Le Matin Dimanche» a pu prendre connaissance du dossier pénal. Des centaines de pages confidentielles qui contiennent les auditions devant la police et devant les procureurs des quatre protagonistes de l’affaire (Dominique Giroud, mais aussi son ami agent secret, un détective privé et un informaticien), et les procès-verbaux d’audiences de confrontation.

Ces interrogatoires où tous les prévenus sont présents dans une même pièce et entendent «les vérités» de leurs alliés d’hier, de leurs ennemis d’aujourd’hui et de demain. Des pages qui expliquent pourquoi l’encaveur en est venu à envisager de hacker et de surveiller des journalistes, magistrats, fonctionnaires, un ancien conseiller fédéral et une ministre en exercice. Le fil du récit laisse apparaître son univers mental, où se mêlent légère paranoïa et frissons mythomanes.

«En gros, c’est vrai, on voulait faire sauter le système. Il y a plusieurs personnes ou institutions que je visais dont je voulais dénoncer les pratiques», dit notamment Dominique Giroud lors d’une audition.

Pour en savoir plus, consultez le nouveau site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad. (Le Matin)

Créé: 23.01.2016, 22h49

22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

22 Commentaires

Yves bernard

24.01.2016, 03:35 Heures

Et moi J'ai voulut hacker mon poisson rouge, à-que! Répondre


albin dupontet

24.01.2016, 09:56 Heures

que penser du fonctionnement de cette justice ? Valaisanne pour commencer ? Répondre