ACCUEIL 23.10.2014 Mis à jour à 10h19

Même en bonne santé, ils demandent l'aide au suicide

Vieillesse

Les médecins sont confrontés à une hausse des demandes de suicide assisté des personnes âgées, même lorsqu'elles sont en bonne santé.

Mis à jour le 15.04.2012 51 Commentaires
Une étude du fonds national de la recherche a montré que l'aide au suicide à des personnes qui ne souffrent pas d'une maladie létale représente environ un tiers des cas.

Une étude du fonds national de la recherche a montré que l'aide au suicide à des personnes qui ne souffrent pas d'une maladie létale représente environ un tiers des cas.
Image: Keystone

De plus en plus de personnes âgées demandent à avoir accès au suicide assisté même si elles ne sont pas gravement malades ou handicapées.

Les demandes de plus en plus nombreuses posent un problème à beaucoup de médecins, a déclaré à la NZZ am Sonntag Georg Bosshard, médecin en gériatrie qui enseigne l'éthique clinique à l'Université de Zurich.

Une étude du fonds national de la recherche a montré que l'aide au suicide à des personnes qui ne souffrent pas d'une maladie létale est en hausse et représente environ un tiers des cas. L'accompagnement au suicide devient également plus fréquent: les cas recensés ont passé de 50 à 300 en l'espace de 20 ans.

Comme les médecins ne peuvent pas prescrire des substances mortelles à des personnes saines, ils font souvent appel à des diagnostics de polymorbidité. En d'autres termes, plusieurs maladies ou infirmités, qui ne sont pas particulièrement graves quand elles sont prises séparément, peuvent peser sur les conditions de vie quand on les additionne.

Ruth Baumann-Hölzle, membre de la Commission nationale d'éthique et spécialiste en éthique médicale, observe cette évolution avec inquiétude. "Le suicide perd ainsi visiblement de son tragique et devient une option de choix non seulement tolérée mais également encouragée", déplore-t-elle.

A titre d'exemple, le journal dominical cite une femme de 86 ans qui explique pourquoi elle veut quitter ce monde avec l'association Exit, bien qu'elle soit encore pleine de vie et qu'elle puisse encore gérer son ménage en toute indépendance. (ap/Newsnet)

Créé: 15.04.2012, 13h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

51 Commentaires

Elodie deedee

15.04.2012, 15:14 Heures
Signaler un abus 32 Recommandation 0

Faites un tour dans un ems pour voir le nombre de gens qui souffre , moi je prefere mourir dignement plutôt que de ressembler à un légume !!! Et c'est n'est qu'un simple exemple. Répondre


kris kristenssen

15.04.2012, 16:10 Heures
Signaler un abus 29 Recommandation 0

Et si après tout on avait tous le choix de notre destin ? Sans qu'on ait un état omniprésent et omnipotent qui nous dise ce qu'on doit faire ou ne pas faire de nos vies ? Après tout, une personne qui est arrivé à 90 ans, qui est peut être seule, qui a peut être bien vécu, n'a t elle pas le droit d'en avoir marre de "vivre" ? Je ne dis pas que leur choix est le bon, je dis juste, vivre c'est mourir Répondre



Sondage

Coincé dans un aéroport, comment comblez-vous l'attente d'un vol retardé?