Lundi 29 août 2016 | Dernière mise à jour 07:52

Allemagne Les adolescents se droguent à l'hortensia

Des jeunes volent des hortensias dans les jardins, puis sèchent feuilles et pétales pour en faire des joints. A dose élevée, la consommation se révèle mortelle.

Les feuilles et les pétales des hortensias ont des effets hallucinogènes.

Les feuilles et les pétales des hortensias ont des effets hallucinogènes. Image: Corbis

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Avec la venue du printemps, les jardins fleuris se multiplient. De quoi réjouir les fumeurs de joints… d’hortensia. En Bavière, depuis plus d’une dizaine d’années à cette même période, les jardins publics où poussent ces arbustes sont saccagés. Des adolescents s’amusent à couper ces plantes colorées, qu’on trouve aussi dans les cimetières. Ils arrachent les feuilles et les pétales, les font sécher, avant de les rouler en joints, rapporte Die Welt.

«Quand ils sont fumés, les hortensias ont des effets hallucinogènes et euphorisants, explique Kurt Hostettmann, professeur honoraire de pharmacologie aux Universités de Lausanne et de Genève. Selon les doses, l’effet ressenti est proche de celui induit par le THC (tétrahydrocannabinol), une substance psychoactive du chanvre.»

Mais ce qui apparaît comme une simple expérience de fumette d’ados peut se révéler dangereux, voire mortel. «Il est strictement déconseillé de fumer les parties aériennes séchées de cette plante, met en garde le spécialiste. Ses effets secondaires sont très néfastes pour la santé: troubles gastro-intestinaux, problèmes respiratoires, accélération du rythme cardiaque, étourdissements.» Fumées à dose élevée, les substances qui se trouvent dans la plante «se transforment en acide cyanhydrique, plus connu sous le nom de Zyklon B, qu’utilisaient les nazis dans les chambres à gaz. Conséquence: une mort rapide par étouffement», précise Kurt Hostettmann.

De la menthe à la framboise

Sur la Toile, des blogs entiers sont consacrés à la fumette végétale, considérée comme une médecine alternative. En plus du pavot ou du chanvre, des feuilles de plantes qu’on trouve facilement dans les jardins, comme celles de la menthe ou du framboisier, sont évoquées. Mais ces sites ne préviennent pas des risques réels encourus. Selon le Dr Thierry Buclin, pharmacologue au CHUV, cette mode n’est heureusement «pas destinée à un succès prolongé. Par le passé, on a eu des modes plus inquiétantes, comme des plantes apparentées à la belladone. Cette plante elle-même a d’ailleurs disparu des jardins, entre autres à cause du risque d’intoxication accidentelle ou volontaire. Les jardiniers savent qu’il faut les éviter dans les jardins publics.» Mieux vaut donc juste se contenter du doux parfum des hortensias.     (Le Matin)

(Créé: 20.04.2013, 12h20)


Sondage

Amener un chien en classe, est-ce un bien pour les élèves?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.