Mercredi 28 septembre 2016 | Dernière mise à jour 06:47

Prévention «Bonjour, vous avez peut-être la syphilis!»

La Confédération offre la possibilité d’envoyer des SMS anonymes pour avertir quelqu’un qu’il a peut-être une infection sexuellement transmissible. Dérapages en vue?

L’Office fédéral de la santé offre depuis vendredi la possibilité d’envoyer gratuitement et anonymement de tels SMS (photo ci-dessous).

L’Office fédéral de la santé offre depuis vendredi la possibilité d’envoyer gratuitement et anonymement de tels SMS (photo ci-dessous). Image: Le Matin

Etes-vous choqués par ce service?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vous êtes tranquillement assis dans votre canapé. Votre portable retentit: un SMS provenant d’un mystérieux CYLL vient d’arriver. «Bonjour, quelqu’un avec qui vous avez pu avoir des rapports sexuels a la syphilis.» Le message est signé de l’OFSP (Office fédéral de la santé publique). Et renvoie au site «Check your love life» – d’où le CYLL. Ça n’a rien de fictif: la Confédération vient de vous annoncer que vous avez peut-être une maladie vénérienne!

L’OFSP a lancé hier une campagne pour inciter ceux qui ont une infection sexuellement transmissible (IST) à oser le dire à leurs partenaires. Affiches et spots seront visibles dès lundi. Le site Web, lui, offre des conseils pour dire la chose. Comme l’étonnante possibilité d’envoyer des e-mails ou SMS anonymes. Il suffit d’une poignée de secondes: on entre le numéro de téléphone du partenaire sexuel et un SMS tel que celui décrit ci-dessus lui parvient presque instantanément. Avec la maladie indiquée: gonorrhée, hépatite, papillomavirus, etc. Ce service n’est pas disponible pour le sida, qui n’est pas une maladie curable.

Mauvaises farces possibles

Pourquoi cet étrange service? Ne risque-t-il pas d’être utilisé pour des blagues douteuses? «C’est vrai, on ne peut pas écarter le risque de mauvaises farces», reconnaît Anita Cotting, directrice de Santé sexuelle suisse, partenaire de l’action. «Tout dans la campagne est fait pour inciter les gens à parler directement à leur partenaire, mais certains n’y arrivent pas, car il reste malheureusement un sentiment de honte lié aux IST. Cette possibilité d’agir anonymement est la moins bonne des solutions. Mais la priorité reste que le partenaire soit informé pour qu’il puisse être traité s’il le faut.»

Même son de cloche à l’OFSP. «Si on veut envoyer un SMS anonyme, il existe deux messages de sécurité, soulignant chaque fois qu’il est question d’un sujet sérieux. Et comme on parle de thèmes sensibles nous pensons que les citoyens se montreront adultes et responsables. Mais on ne peut pas garantir à 100% que le service ne sera pas abusé», note la porte-parole Mona Neidhart. Qui précise qu’une telle offre a existé en Australie. «Les résultats ont été très bons et les abus presque inexistants.» Bref, tous parient sur la responsabilité individuelle et estiment que la santé publique prime sur d’éventuels dérapages.

«Ce service anonyme laisse un sentiment désagréable, commente Jacques de Haller, président de la Fédération des médecins suisses. Comme médecin, je pense tout de même qu’il est moins pire de faire savoir anonymement à une personne qu’elle peut être infectée et infectieuse que de ne rien dire du tout. Comme citoyen, je redoute cette porte ouverte aux mauvaises plaisanteries.» (Le Matin)

(Créé: 13.10.2012, 08h59)


Sondage

Le canton de Vaud a-t-il raison d'interdire la mendicité sur son territoire?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.