ACCUEIL 30.6.2016 Mis à jour à 19h15

Berne veut vendre du cannabis en pharmacie

Drogue

La Ville fédérale a présenté un projet pilote de distribution régulée de drogue douce.

Par Vincent Donzé. Mis à jour le 14.03.2016 20 Commentaires
Les fumeurs suivis par l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Berne pourraient s'approvisionner en cannabis de qualité contrôlée en pharmacie.

Les fumeurs suivis par l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Berne pourraient s'approvisionner en cannabis de qualité contrôlée en pharmacie.
Image: Keystone

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Du cannabis en pharmacie? C'est le projet de distribution présenté aujourd'hui par les autorités de la capitale. Une collaboration est prévue avec les villes de Genève, Zurich et Bâle, avec des variantes. Ainsi à Genève, ce sont des clubs de fumeurs qui sont privilégiés.

Prévu sur trois ans, le projet bernois doit encore obtenir le feu vert de la commission d'éthique cantonale, puis de l'Office fédéral de la santé publique, avec une mise en application prévue dès l'an prochain.

Concrètement, les fumeurs de cannabis qui le souhaiteront pourraient s'inscrire pour participer au projet suivi par l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Berne. Les conditions d'admission sont les suivantes: être soi-même consommateur, être domicilié à Berne et avoir 18 ans révolus, un des soucis étant d'éviter le tourisme de la drogue tout en luttant contre la criminalité et le marché noir.

Les fumeurs inscrits pourraient s'approvisionner en cannabis de qualité contrôlée, à un prix déterminé et en quantité limitée, soit quelque 15 grammes par personne et par mois.

L'ambition, c'est de recruter un millier de consommateurs bernois sur 4000 fumeurs de cannabis réguliers. Le but à plus long terme, c'est de fournir des arguments pour une légalisation au niveau fédéral. (Le Matin)

Créé: 14.03.2016, 13h42

20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

20 Commentaires

Michel Colin

14.03.2016, 15:21 Heures

Depuis le temps que l'on parle de dépénaliser, voire de légaliser... La réputation de lenteur Suisse prend tout son sens. Il serait temps de légaliser ce produit et que cela rapporte à l’État.Mais il faut faire cela bien, car si tu mets en vente "du foin" ou des prix exorbitants ou encore des limites de poids, le marché noir continuera sa vie tranquille. La répression ne sert à rien. Répondre


Alan Burcher

14.03.2016, 14:38 Heures

Bonne idée à 100frs le gramme, je continue à me servire dans la rue bye Répondre



Sondage

Doris Leuthard a-t-elle raison de vouloir taxer les pendulaires aux heures de pointe?




Sondage

Accepteriez-vous de fournir votre profil Facebook pour obtenir un visa?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons