ACCUEIL 2.9.2014 Mis à jour à 13h30

Les friches industrielles, terrain de jeu des golfeurs sauvages

Berlin

Le concept du «crossgolf» se résume facilement: pourquoi se limiter aux seuls parcours prévus à cet effet alors que l'on peut jouer librement dans la nature ou en ville?

Mis à jour le 30.07.2012
A Berlin, pas de trou mais des cibles dont on cherche à se rapprocher avec une technique pas toujours estampillée Tiger Woods.

A Berlin, pas de trou mais des cibles dont on cherche à se rapprocher avec une technique pas toujours estampillée Tiger Woods.
Image: AFP

Partager & Commenter

Une brasserie industrielle abandonnée, des murs de briques tagués aux vitres brisées, le décor n'a rien d'un parcours de golf, mais c'est le terrain de jeu des "crossgolfers" berlinois, adeptes d'une version plus underground et moins "coincée" du jeu.

Le club négligemment posé sur l'épaule, ils sont six, sweat à capuche, tee-shirt et jeans, à arpenter le décor délabré où était produite la bière Bärenquell, dans le quartier de Treptow (ex-Berlin est).

Devant un hangar surmonté de l'écriteau "interdit à toute personne non autorisée", un claquement sec résonne: la partie a commencé.

"Je joue deux à trois fois par semaine", raconte Stephan, un infirmier de 26 ans. "Ici, c'est l'un des meilleurs lieux qu'on peut trouver pour pratiquer, c'est vraiment le pied", dit-il alors que la seule fille du groupe, Eve, 28 ans, regarde, souriante, ses copains frapper la balle, assise dans un fauteuil défoncé.

Pouvoir jouer librement

Le concept du "crossgolf" se résume facilement: pourquoi se limiter aux seuls parcours prévus à cet effet alors que l'on peut jouer librement dans la nature ou en ville?

Ici, pas de trou mais des cibles dont on cherche à se rapprocher avec une technique pas toujours estampillée Tiger Woods.

"Elle est où la Trabant ?", crie Sven, depuis un toit. En contrebas, une carcasse de la voiture symbole de l'ex-RDA sert de deuxième trou pour ce parcours d'un jour.

Personne ne sait quand, précisément, ce "sport" est né mais les sites spécialisés s'accordent sur un point: ce sont les Allemands qui ont inventé dans les années 1990, le "crossgolf", également appelé "streetgolf", "urbangolf" ou encore par certains médias "anarchogolf".

Depuis sa création, l'engouement ne s'est pas démenti et le "crossgolf" connaît un succès planétaire. Des "crews" se sont montés dans toute l'Europe, aux Etats-Unis et jusqu'en Nouvelle-Zélande.

En Allemagne, les tournois, aux noms souvent potaches comme le "Bratwurst Open" (l'open de la saucisse grillée) en Bavière, sont légion. Berlin n'a pas encore le sien, mais ses friches industrielles et ses grands espaces libres en plein coeur de ville offrent un terrain de jeu favorable.

La seule règle qui s'impose est simple: "la sécurité d'abord", résume Stephan. "On joue donc avec des balles en mousse synthétique. Avec ça, aucun risque de blesser quelqu'un ou de détruire quelque chose".

"Des gens qui utilisent de vraies balles, il y en a, mais ils ne font pas partie de notre groupe. Il y a toujours des moutons noirs", regrette-t-il.

Ensuite, chaque groupe de crossgolfers définit ses propres lois, le nombre de coups autorisés par joueur, les objectifs à atteindre, etc.

"Sur un vrai parcours de golf, il est question d'étiquette, de beaucoup de règles, quelque chose de très snob, de très élitiste", regrette Eve, originaire de Hanovre et qui pratique depuis 2010.

"Là, c'est moins coincé, tout le monde peut jouer, partout où c'est possible, c'est pour tous ceux qui ont du temps et l'envie". A côté d'elle, Sven, 37 ans, casquette gavroche et clope à la bouche, frappe de toutes ses forces pour envoyer sa balle sur un toit. Il rate, parvenant juste à faire voler le petit bout de pelouse synthétique sur lequel chacun pose sa balle pour jouer.

"C'est ch... quand on frappe le gazon", rigole-t-il.

D'autres lieux à l'étude

Le petit groupe a déjà joué près du Reichstag, au centre de Berlin, entre le parc du Tiergarten et les stations de métro, mais aussi dans une fabrique textile elle aussi abandonnée, à quelques kilomètres de la brasserie, ou encore... "dans une piscine désaffectée", se souvient Stephan.

D'autres lieux sont à l'étude: par exemple, un ancien et gigantesque hôpital militaire soviétique, à quelques kilomètres au sud-ouest de la capitale allemande ou le Teufelsberg (la colline du diable) où se trouve une ancienne station américaine d'écoutes, vestige de la Guerre froide.

Stephan et ses amis jouent depuis plus de deux heures. Combien de temps dure une partie ? "Tant qu'on veut, jusqu'à la nuit ou quand on en a marre", répond Stephan, entre deux gorgées de bière. (afp/Newsnet)

Créé: 30.07.2012, 07h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

La mode des selfies prend toujours plus d'ampleur. Qu'en pensez-vous?