ACCUEIL 2.9.2014 Mis à jour à 02h40

Un «oui, mais plus tard» en Suisse orientale

Français à l'école

Les écoliers de Suisse orientale ne devraient plus devoir suivre des cours de français à partir de la 5e année, mais à partir de la 7e seulement. Telle est la recommandation de six cantons.

Mis à jour le 14.07.2012 8 Commentaires
Les écoliers de Suisse orientale ne devraient apprendre le français que depuis la 7e seulement, selon la recommandation de six cantons à l'adresse de la Conférence des directeurs de l'instruction publique (CDIP).

Les écoliers de Suisse orientale ne devraient apprendre le français que depuis la 7e seulement, selon la recommandation de six cantons à l'adresse de la Conférence des directeurs de l'instruction publique (CDIP).
Image: Keystone

Partager & Commenter

Mots-clés

La pratique montre que deux langues étrangères au niveau primaire surchargent le système, écrivent les cantons de Zurich, Thurgovie, St-Gall, Appenzell Rhodes-Intérieures, Schwyz et Glaris à propos du plan d'études alémanique (Lehrplan 21).

La grille-horaire est trop orientée vers les branches cognitives et linguistiques et laisse trop peu de place aux branches artistiques, estiment-ils. Pour cette raison, il est judicieux d'enseigner le français à partir de la 7e année scolaire seulement.

Ecoliers dépassés

Stefan Birchler, président de la Conférence thurgovienne des classes de 4e à 6e, explique que cette recommandation à l'adresse de la Conférence des directeurs de l'instruction publique (CDIP) a été adoptée unanimement en avril par l'organe informel «Mittelstufe-Ost» lors d'une séance consacrée au plan d'étude. Selon lui, ce plan a aussi pour but de poursuivre l'harmonisation de l'enseignement dans les cantons.

Les cours de français connaissent actuellement un sort divers dans les classes de 4e, 5e et 6e année. En Thurgovie, la langue de Molière est enseignée en deux leçons de 45 minutes, à St-Gall en trois leçons à 50 minutes alors qu'Appenzell Rhodes-Intérieures y renonce complètement. Cela est possible parce que la conception de la grille-horaire est du ressort des cantons, explique M.Birchler.

De plus, beaucoup d'écoliers sont dépassés par l'enseignement de deux langues - anglais, français ou italien - en 5e année. Les enfants avec un passé migratoire doivent même potasser trois langues étrangères, explique-t-il.

Discussions politiques

Mais pour Stefan Kölliker, président de la Conférence des directeurs de l'instruction publique des cantons de Suisse orientale, il est impossible de supprimer le français des grilles- horaires de l'école primaire. Selon lui, le concordat Harmos stipule que la première langue étrangère doit être enseignée au plus tard dès la 3e année primaire et la deuxième dès la 5e primaire.

Cette réglementation est une prescription obligatoire en vue de l'élaboration du plan d'étude alémanique. En Suisse orientale, l'enseignement du français fait actuellement souvent l'objet de discussions politiques. (ats/Newsnet)

Créé: 14.07.2012, 08h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

8 Commentaires

Vincent Oberson

14.07.2012, 21:26 Heures
Signaler un abus 11 Recommandation 0

Il faut arrêter notre hypocrisie et sortir de notre conservatisme étroit pour "préserver la tradition". Les CH all ne veulent plus parler français et n'aiment pas parler allemand. J'ai eu une excellente note d'allemand à la matu et je ne sais presque plus parler cette langue par manque de pratique, malgré l'armée en CH all. Apprenons tous bien au minimum une langue étrangère, l'anglais. Répondre


pierre piller

15.07.2012, 08:25 Heures
Signaler un abus 7 Recommandation 0

La Suisse est une construction qui assemble des peuples très disparates et je suis plus proche des latins par affinités, ne vais quasi jamais outre-Sarine. Alors, qu'on enseigne à tous l'anglais bien plus utile dans la vie courante. J'ai traité en anglais pendant plus de 25 ans avec Zürich où on parle de moins en moins le français. Parlons anglais entre nous, c'est plus utile à l'étranger en plus Répondre



Sondage

Le texte de l'initiative Ecopop comporte une grave erreur de traduction en français: faut-il reporter le vote?




Sondage

La Suisse doit-elle soutenir la candidature de Sepp Blatter à la présidence de la FIFA?



Sondage

L'homosexualité est-elle encore trop montrée du doigt en Suisse?




Sondage

La mode des selfies prend toujours plus d'ampleur. Qu'en pensez-vous?




Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!