Mercredi 31 août 2016 | Dernière mise à jour 05:58

Polémique en France Les pauvres héritent de la viande des corridas

Des militants anticorrida ont qualifié lundi d'acte immoral la distribution gratuite de viande de taureaux par une banque alimentaire, qui met en avant les 10'000 repas fournis ainsi aux nécessiteux.

Une corrida en France.

Une corrida en France. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Fédération des luttes pour l'abolition des corridas (Flac) a demandé à la banque alimentaire de renoncer à son projet de distribuer une viande ayant «une odeur de barbarie».

Au nom de la tradition, 700 taureaux sont tués chaque années dans les corridas dans le sud de la France, et leur viande vendue aux amateurs ou recyclée en farines animales. Un abattoir a eu l'idée d'offrir celle des six animaux sacrifiés dimanche dans les arènes de Chateaurenard (Vaucluse, sud), d'une valeur commerciale de 5000 euros (6000 francs), à la banque alimentaire du département, qui a accepté.

L'initiative à peine connue a provoquée une levée de boucliers dans la presse et sur Facebook. La Flac a demandé à l'association caritative de «renoncer à cette viande issue d'une souffrance particulièrement révoltante».

«Une odeur de barbarie»

«Accepter un tel don, ce n'est pas moral. Cette viande a une odeur de barbarie», déclare son porte-parole Thierry Hély. En outre, «cette viande stressée et pleine de toxines n'est pas sans risque», argumente-t-il.

«Nous reconnaissons aux associations et aux personnes le droit de s'indigner contre la pratique de la corrida. Mais pour notre part, nous nous indignons de l'état d'insécurité alimentaire que connaissent près de 23.000 personnes du Vaucluse», a rétorqué le directeur de la fédération française des banques alimentaires, Maurice Lony.

Le patron de l'abattoir, Olivier Roux, a rappelé que dans les temps anciens, cette viande était «donnée aux nécessiteux dans les villages. L'idée, c'est de renouer avec cette tradition».

«En cette période de crise, il y a des gamins qui ne bouffent pas de protéines animales. Alors pourquoi ne pas relancer le truc ?», a-t-il dit. (afp/nxp)

(Créé: 16.07.2012, 15h18)

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.