Samedi 25 mars 2017 | Dernière mise à jour 10:01

Justice française Se promener nu dans les bois n'est pas un acte exhibitionniste

Le tribunal de Périgueux a relaxé un accusé qui défendait son droit au naturisme discret et qui avait été surpris par une grand-mère.

Image: ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La justice française a relaxé (en droit suisse: a abandonné l'accusation) cette semaine un homme de 52 ans poursuivi pour exhibition sexuelle après s'être promené nu dans des bois, selon une source judiciaire. Il défendait son droit au naturisme discret et avait été surpris par une grand-mère.

Le tribunal de grande instance de Périgueux (sud-ouest) a suivi le parquet qui avait aussi requis la relaxe, au motif que «l'intention» d'exhibition sexuelle n'était pas prouvée. D'autant que le prévenu s'était blessé, lorsque, tentant de se soustraire au regard d'une passante, il s'était caché dans des fourrés, ont noté les juges.

«Le tribunal a dissocié l'exhibition sexuelle du naturisme en liberté», s'est félicité son avocat Me Tewfik Bouzenoune. «Il ne s'agit pas de randonneurs nus qui se promènent, mais de personnes qui pratiquent le naturisme avec précaution», a-t-il ajouté.

«Une de ces précautions, c'est d'avoir toujours à disposition un vêtement pour cacher ses parties (génitales) dans le cadre de ce type de promenade. Il ne s'agit pas non plus d'être dans la provocation», a précisé l'avocat.

Dénoncé par une grand-mère

Les faits remontaient au mois de février, lorsque cet habitant du département de Charente-Maritime se promenait nu dans les bois de la Roche-Chalais, dans le nord de la Dordogne voisine.

L'homme, qui aime être «en harmonie avec la nature», avait choisi ce site proche d'une maison familiale pour ses fourrés. «Je recherchais des lieux très isolés, sur des chemins où je pouvais me cacher facilement», a expliqué à l'audience le prévenu, un enseignant spécialisé dans l'agro-alimentaire.

Il avait été dénoncé par une promeneuse qui l'ayant aperçu une première fois, s'était ensuite rapprochée en compagnie de son petit-fils pour vérifier qu'il s'agissait bien d'un homme dans son plus simple appareil. (ats/nxp)

Créé: 11.09.2013, 18h53

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters


Sondage

Vous rendrez-vous à la prochaine Fête des Vignerons, en 2019, à Vevey?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.