ACCUEIL 26.10.2014 Mis à jour à 10h23

Des seins naturels pour lutter contre l'uniformisation

Campagne

Au Danemark, des femmes non retouchées ont accepté de poser buste à l’air pour montrer la diversité de la nature. Les experts voient cette démarche d’un bon œil.

Par Sandra Imsand. Mis à jour le 16.10.2012 30 Commentaires

Cette campagne est-elle utile?

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Elles traînent dans tous les cafés, sont montrées sur les plateaux d’émissions télévisées, circulent sur Internet et sont au centre de nombreuses discussions. Elles, ce sont des cartes postales montrant dix-sept paires de seins 100% naturels, «made by nature». A l’origine du projet, le Conseil des femmes au Danemark et l’actrice Karen Nielsen. Cette dernière voulait représenter des seins ni retravaillés par Photoshop ni retouchés par le bistouri. Des femmes de 20 à 60 ans ont accepté de se prêter au jeu. Pourtant, le but de la campagne n’est pas de critiquer à tout prix la chirurgie esthétique, mais plutôt de lutter contre l’uniformisation, et de provoquer une réflexion et un dialogue. «Ce serait tellement ennuyeux si tout le monde se ressemblait, a expliqué Karen Nielsen à Libération . Il faut que les gens apprennent à s’aimer eux-mêmes. Et puis tomber amoureux, c’est découvrir ce qu’il y a de spécial chez l’autre. Et l’aimer pour cela.»

«Pas un objet que l’on sculpte»

Cette campagne intervient dans un contexte où de plus en plus de Danois recourent à la chirurgie esthétique, en particulier les femmes. «Elles doivent être parfaites dans tous les domaines: au travail, à la maison, avec les enfants, au lit», affirme Randi Thiel Nielsen, secrétaire du Conseil des femmes (Kvinderadet), qui estime que la pression est immense.

Pour le Pr Friedrich Stiefel, chef du Service de psychiatrie de liaison au CHUV, cette campagne a le mérite de remettre les pendules à l’heure. «Aujourd’hui, on est dans un glissement, dans la mesure où ce qui est produit par la publicité est défini comme étant la beauté, estime le médecin. Or cette image montre que le corps n’est pas un produit de vente, ou un standard universel, et qu’une femme est une personne, pas un objet que l’on sculpte.»

Si l’image a pu heurter certaines sensibilités, le sociologue lausannois Gianni Haver pense qu’ici la nudité n’a rien de choquant ou de dégradant. «Montrer le corps de la femme de façon détendue et sereine, c’est sain.» Encore mieux, cette nudité permettrait d’asseoir le message de la campagne. «Le corps est désérotisé. Cette répétition de seins montre au contraire la diversité et assume la normalité, par exemple avec les traces de bronzage apparentes.» Le sociologue de Lausanne appelle cette technique «l’ordinaire inhabituel». A savoir qu’il s’agit simplement de la réalité qui est montrée, mais que le public n’en a pas l’habitude.

Réfléchir, pas culpabiliser

«Il y a dans notre société une surreprésentation de la corporalité fantasmée, véhiculée par la publicité, le show-business ou l’industrie pornographique, explique Gianni Haver. Ces images remodelées font qu’on se retrouve face à des projections auxquelles aucune femme ne peut prétendre. C’est une usine à frustration au quotidien.» Certaines prennent alors des mesures pour s’approcher de ce fantasme. «La deuxième plus grande demande en matière de chirurgie mammaire vient des jeunes femmes qui sont très influencées par les standards actuels de la mode et des canons esthétiques du moment, et qui s’y identifient», confirme la doctoresse Véronique Emmenegger, de la Clinique Lémanic, à Lausanne. Or, pour le Pr Stiefel, une femme qui fait cette démarche pose un acte plutôt qu’une réflexion. «Elle agit par rapport à ses insécurités plutôt que de se poser des questions sur le pourquoi de cette insatisfaction.» Il espère ainsi que cette campagne danoise amènera à réfléchir, sans pour autant amener de sentiment de culpabilité. (Le Matin)

Créé: 17.10.2012, 07h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

30 Commentaires

Jean-François Chappuis

17.10.2012, 10:54 Heures
Signaler un abus 30 Recommandation 8

Ces danoises ont raison, apprenons à aimer notre corps au lieu de vouloir être et paraître à l'image des magazines de mode ou people! Devoir souffrir en se faisant poser des implants mammaires ou diminuer le volume de ses seins par de la chirurgie esthétique, afin d'être vue de tous comme la femme canon ne sert à rien. Ce qui est important chez une femme:Son sourire et ce qu'elle a dans son coeur! Répondre


Jean Sachi

17.10.2012, 12:15 Heures
Signaler un abus 29 Recommandation 8

La femme restera toujours le plus petit paradis du monde, elle n'a que deux seins ... et même si elles ont des seins comme des violons, moi j'en joue comme du piston! Répondre



Sondage

Les producteurs de foie gras français veulent donner des gages en matière de "bien-être animal". Vous trouver que cette annonce est...





Sondage

Coincé dans un aéroport, comment comblez-vous l'attente d'un vol retardé?








Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne