ACCUEIL 30.7.2014 Mis à jour à 23h55

Un siècle de trolleybus en Suisse

Transports

Il y a 100 ans, la première ligne de trolleybus de Suisse a été mise en service entre Fribourg et Posieux. L’occasion de revenir sur l’histoire des transports publics urbains. Questions-réponses avec un spécialiste.

Par Myriam Amara. Mis à jour le 09.08.2012

1/8 A Posieux. (toutes les photos www.fritram.org)

   

L'exposition commémorative

Quand? du 13 au 23 septembre, tous les jours, entrée libre
Où? Auberge de la Croix-Blanche à Posieux (FR)

Visites guidées de la ligne à bord d'un autobus historique:
Quand? 25 août et 2 septembre 2012, départs à 9h et 14h
Où? RDV sur la place devant l'Ancienne gare à Fribourg
Inscription? par courriel info@fritram.org, par tél. 076/376.73.25, CHF 5.- par personne

Partager & Commenter

A l’occasion des 100 ans du trolleybus en Suisse, le Club du Tramway de Fribourg (CTF) organise une exposition qui retrace l’historique de la première ligne, entrée en service le 4 janvier 1912 entre Fribourg et Posieux.

Les 12,5 km de routes non goudronnées sont alors parcourus en 50 minutes avec quatre véhicules électriques, qui ressemblent plus à des diligences sans chevaux qu’aux trolleybus que l’on connaît aujourd’hui.

Leur motorisation avant-gardiste est assurée par des moteurs installés dans les moyeux de roues, développés par Porsche. Quant au captage du courant, il s’effectue par une sorte de petit chariot roulant sur les deux fils de la ligne électrique aérienne et tiré par un câble.

Chaque véhicule compte 17 places assises, pour un total de 24 places. La vitesse maximum est de 20 km/h.

Ce jubilé est l’occasion d’opérer un retour en arrière sur l’histoire des transports publics urbains. Questions-réponses avec Thierry Portmann, du Club du Tramway de Fribourg.

A quelle demande correspond la création des transports publics urbains?

Tout dépend des contextes économique, topographique et démographique inhérents à chaque ville. Mais dans l’ensemble on peut dire que le moteur premier est la Révolution industrielle.

A Genève par exemple, qui compte de nombreux quartiers industriels, les transports collectifs se développent à partir de 1833 déjà, soit bien avant l'arrivée des chemins de fer, d’abord avec des carrosses tirés par des chevaux. A Fribourg, on projette à partir de 1893 de relier par un tram le haut de la ville, où se situe la gare, avec le centre en contrebas.

Il y a également des ambitions relevant plutôt d'effets de mode. Comme à Romont, où un projet de tram gare-ville concessionné ne voit finalement jamais le jour parce qu’il ne sera pas rentable.

Qu’est-ce qui fait que l’on se décide plutôt pour le tramway, le trolleybus ou l’autobus?

Le tram, inventé aux Etats-Unis, arrive chronologiquement parlant avant les deux autres moyens. Le fait qu’il circule sur des rails en fer alors que les routes ne sont pas goudronnées le rend plus confortable et plus fiable, mais il coûte cher.

Ensuite c’est le tour des autobus (vers les années 1910-1930), dans un climat économique instable: on peut ainsi étendre le réseau sans payer les infrastructures pour les rails. Le problème étant qu’il n’est pas adapté aux fortes pentes.

Quant au trolleybus, il s’agit en quelque sorte d’un hybride entre le tram électrique et l’autobus. On l’appelle d'abord le «Gleislosenbahn» (le train sans rails). Couramment introduit à partir de la fin des années 1930, il est fiable sur les fortes pentes et particulièrement adéquat pour les trajets très fréquentés, avec de nombreux arrêts. Le bémol étant les coûts d'infrastructure qu’il entraîne.

Quel est à cette époque le public-cible des transports publics urbains?

Comme le billet coûte cher, ils sont réservés aux personnes plutôt aisées - chefs, patrons, bourgeois qui désirent traverser les villes sans se salir. La tendance s’inverse progressivement dans l’entre-deux-guerres.

Qu’est-ce qui différencie ces tramways, trolleybus et autobus de ceux que nous connaissons aujourd’hui?

Les principales différences sont la dimension et la capacité. En 1897, un tram par exemple mesure 7 mètres de long pour environ 30 places. Aujourd’hui, c’est 40 mètres pour 250 places.

Comment les transports publics urbains évoluent-ils avec la montée en puissance de la voiture?

C’est douloureux. Dans les années 50-60, la cohabitation entre le tram et la voiture devient de plus en plus problématique. Le camp des automobilistes est le plus fort, il réussit à chasser le tram. Les trolleys et les bus s’intègrent plus facilement, mais au fil du temps ils se retrouvent coincés dans les bouchons. Des aménagements (pistes réservées, feux prioritaires) doivent alors être mis en place pour leur permettre de rester compétitifs.

A l’heure actuelle, constate-t-on un retour aux transports publics urbains en raison d’une «impasse de la voiture»?

Ces dernières décennies, on fait des efforts pour désengorger les villes, on cherche à inverser la tendance. A titre personnel, j’ai l’impression que le changement est amorcé. (Newsnet)

Créé: 09.08.2012, 14h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment