Dimanche 23 juillet 2017 | Dernière mise à jour 08:45

Débâcle de Xamax Avocat de Chagaev, Barillon charge Bernasconi

Dans un entretien donné au Temps par courriel, Me Jacques Barillon, l'avocat de Bulat Chagaev, remet en cause les conditions dans lesquelles le contrat de départ a été signé. Extraits.

Pour Me Jacques Barillon, qui défend Bulat Chagaev, le contrat proposé par Sylvio Bernasconi a été préparé à la hâte et signé dans la précipitation. Pour les questions d'ordre financier, il renvoie à Me Toffel, avocat du club.

Pour Me Jacques Barillon, qui défend Bulat Chagaev, le contrat proposé par Sylvio Bernasconi a été préparé à la hâte et signé dans la précipitation. Pour les questions d'ordre financier, il renvoie à Me Toffel, avocat du club. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Si j'avais été l'avocat de Bulat Chagaev et de Dagmara Trading en avril 2011, il est certain que je lui aurais fortement déconseillé de signer le contrat de vente d'actions», confie l'avocat de Bulat Chagaev aujourd'hui au Temps . Le contrat a été préparé par l'autre partie, représentée par Sylvio Bernasconi, sans faire de plus amples investigations sur ce que ce dernier lui présentait. L'affaire portait sur des montants importants (1, 2 millions de francs).

Un contrat préparé à la hâte

Jacques Barillon incrimine tacitement l'ex-président du club neuchâtelois: «Il est singulier que le vendeur, qui a rencontré pour la première fois l'acheteur dans la matinée du 7 avril, puisse lui-même faire préparer un contrat et le faire signer moins de 24 heures après [...]. Une question simple se pose à ce stade: qui, de M. Bernasconi ou de M.Chagaev, était le plus pressé de conclure, et pour quelles raisons?»

A la question du Temps portant sur «les cadavres dans le placard laissés par la présidence de Sylvio Bernasconi» évoqués par l'avocat lui-même quelque temps auparavant, et demandant pourquoi, malgré une double révision des comptes, Xamax a reçu sa licence, Me Barillon botte en touche: «C'est une très bonne question. [...] C'est à Me Pierre Toffel (l'avocat de Neuchâtel Xamax, ndlr) qu'elle doit être posée».

«Bulat Chagaev a été étranglé ab initio»

Le journaliste du Temps s'étonne ensuite que le Tchétchène ne puisse ouvrir une relation bancaire en Suisse. A cette interrogation, l'avocat répond: «Aucune alerte bancaire n'avait été opérée par les procureurs pour suspicion de blanchiment d'argent. C'est donc de leur propre initiative - ou à la demande de je ne sais qui [...]- que les banques ont refusé ces paiements et retourné l'argent à l'expéditeur. »Et de conclure: «Bulat Chagaev a été étranglé ab initio.»

La fin de l'interview accordée au quotidien porte sur l'origine opaque de la fortune du Tchétchène. Me Jacques Barillon assure que son client y répondra lors des auditions prévues cette semaine. (nxp)

Créé: 24.01.2012, 07h34