Jeudi 25 août 2016 | Dernière mise à jour 23:18

Football Coupe de Suisse: un héros nommé Yann Sommer

Yann Sommer mérite peut-être déjà sa statue au Parc St-Jacques. Le gardien a couronné sa première saison comme titulaire au FCB en offrant la Coupe de Suisse à ses couleurs.

Les Bâlois remportent la Coupe de Suisse.

Les Bâlois remportent la Coupe de Suisse. Image: Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A Berne, le FC Bâle s'est imposé 4-2 aux tirs au but devant Lucerne. Le score après 120 minutes de jeu était de 1-1. Cette finale est la première depuis 2006 et la victoire du FC Sion contre les Young Boys qui se décide ainsi.

Yann Sommer a provoqué le désespoir des supporters lucernois. Devant eux, il a réussi deux parades lors de la séance des tirs au but sur des frappes d'Ohayon et de Gygax alors que les quatre tireurs rhénans ont marqué. Le FC Bâle signe ainsi le cinquième doublé de son histoire. Quant au FC Lucerne, il échoue une fois de plus en finale. Il y a vingt ans que le club de Suisse Centrale n'a plus remporté le moindre trophée.

C'est Bâle qui avait le bonheur d'ouvrir le score. A la 55e sur un coup-franc accordé pour une faute sur Shaqiri, Alex Frei déposait le ballon sur la tête de Huggel. Délaissé de tout marquage, le futur retraité ne laissait aucune chance à Zibung.

Un relief

L'égalisation tombait à la 67e. Sur un corner botté de la gauche, Renggli remisait pour Puljic. De la tête, le Croate prenait à contre-pied Sommer. Ces deux buts inscrits devant les kops respectifs avaient le mérite de donner enfin un certain relief à cette finale. Les deux équipes se rendaient alors coup pour coup jusqu'à la fin du temps réglementaire. On notait ainsi une altercation entre Gygax et Xhaka qui provoquait presque une bagarre générale.

Le combat était toujours aussi rude lors des prolongations. Aucune des deux équipes ne pouvait se créer une véritable occasion. Lucerne était toutefois lésé par l'arbitrage. A la 109e, Dani Wermelinger fermait les yeux sur une faute de dernier recours de Kovac sur Winter. Murat Yakin ne pouvait conserver son calme olympien devant cette injustice criarde. Elle a sans doute pesé d'un poids certain sur l'issue de cette finale. (si/nxp)

(Créé: 16.05.2012, 23h24)
Dépêches sports

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.