ACCUEIL 30.6.2016 Mis à jour à 17h50

Le meldonium a fait tomber d'autres stars en 2016

Omnisports

Maria Sharapova a annoncé lundi son contrôle positif à une substance inscrite depuis le 1er janvier sur la liste des produits interdits. D'autres sportifs ont été piégés par le changement de règlement.

Par S.Vu. Mis à jour le 08.03.2016 12 Commentaires
La Suédoise Abeba Aregawi, championne du monde du 1500m en 2013, a été contrôlée positive au meldonium en 2016.

La Suédoise Abeba Aregawi, championne du monde du 1500m en 2013, a été contrôlée positive au meldonium en 2016.

Capriati ne ménage pas Sharapova

L'Américaine Jennifer Capriati, ancienne N.1 mondiale, a critiqué lundi sur les réseaux sociaux avec virulence la Russe Maria Sharapova qui a fait l'objet d'un contrôle antidopage positif lors de l'Open d'Australie en janvier.

Sans la citer nommément, Capriati a estimé que Sharapova devait "être dépossédée de ses titres, si tout cela était avéré", a-t-elle écrit dans une série de tweets.

"Quel est l'intérêt pour quelqu'un de prendre un médicament pour le coeur qui aide à récupérer plus vite, à moins d'avoir un problème cardiaque?" s'est interrogé Capriati qui a remporté trois titres du Grand Chelem (Open d'Australie en 2001 et 2002, Roland-Garros 2001).

"Je n'ai jamais choisi de tricher, quoi qu'il me soit arrivé (...) Je n'avais pas une équipe de docteurs payés à prix d'or qui trouvent un façon de contourner le réglement en attendant que la science les rattrape", a-t-elle accusé.

Capriati, sacrée championne olympique en 1992, a mis un terme définitif à sa carrière en 2004 après une carrière perturbée par des tourments personnels.

Sharapova a révélé lundi à Los Angeles qu'elle avait fait l'objet d'un contrôle antidopage positif lors de l'Open d'Australie.

Elle a expliqué ce contrôle positif par la prise d'un médicament, le meldonium, qui lui était prescrit depuis 2006 et qui est entrée sur la liste des produits interdits depuis le 1er janvier 2016.

(afp)

"Je suis pleinement responsable, j'ai fait une énorme erreur, j'ai reçu un mail de l'Agence mondiale antidopage fin décembre et je n'ai pas contrôlé la liste pour voir si ce médicament figurait maintenant sur la liste des produits prohibés", avait expliqué Sharapova.

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le meldonium, médicament inconnu du grand public vendu en Europe de l'Est mais pas en Europe de l'Ouest ni aux Etats-Unis, a déjà beaucoup fait parler de lui en ce début d'année 2016. Et ça risque de continuer...

Outre le contrôle positif annoncé par Maria Sharapova lundi soir, plusieurs autres stars de leur discipline ont été piégées par le changement de règlement - le meldonium est inscrit sur la liste des produits interdits depuis début 2016.

La Suédoise Abeba Aregawi (championne du monde du 1500m en 2013), la danseuse sur glace russe Ekaterina Bobrova (championne olympique par équipe en 2014) et le marathonien Endeshaw Negesse (vainqueur du marathon de Tokyo en 2015) ont tous été contrôlés positif au meldonium.

«Une vitamine qui protège le cœur»

Selon Le Monde, ce médicament, qui est censé soigner l'angine de la poitrine et prévenir l'infarctus du myocarde, est utilisé par 2,2% des sportifs.

«Il persiste en Europe de l'Est cette idée que le sport d'élite est nocif pour la santé et qu'il y a besoin de soutenir le corps avec des substances afin de le protéger. Dire que le meldonium est du dopage parait ridicule aux oreilles des Européens de l'Est, pour eux il s'agit plutôt d'une «vitamine qui protège le cœur». Cela provient de l'époque où le dopage était d'abord utilisé pour «protéger la santé des athlètes». C'est un malentendu ridicule, mais certains y croient encore», explique le Dr Sergei Illjukov, médecin du sport et consultant pour l'Agence Antidopage Estonienne, interrogé par le quotidien français.

(Le Matin)

Créé: 08.03.2016, 08h19

12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

12 Commentaires

Marcel Glovelier

08.03.2016, 09:12 Heures

L'analyse de Capriati est pertinente :"Je n'avais pas une équipe de docteurs payés à prix d'or qui trouvent un façon de contourner le réglement en attendant que la science les rattrape" Répondre


Jean Pierre

08.03.2016, 09:52 Heures

Jennifer Capriati ferait mieux de se taire, je connais personnellement son préparateur physique de l'époque et sa réputation était l'une des pires sur le circuit, non sans raison objectives. Ce préparateur a également travaillé avec Pete Sampras, parmi d'autres. Je rappelle aussi que le dopage est apparu dans le tennis aux USA, McEnroe et Agassi, parmi d'autres, ayant reconnu y avoir eu recours... Répondre



Dépêches sports

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne