ACCUEIL 23.4.2014 Mis à jour à 11h20

Steve Guerdat fête son titre en famille

Londres 2012

Le Jurassien a été accueilli en héros à son arrivée à la Maison suisse. Les Guerdat, ce sont trois générations de cavaliers pour atteindre le sommet.

Par Alban Poudret. Mis à jour le 09.08.2012 6 Commentaires

1/18 London, le 8 aout 2012. Jeux olympiques. Steve Guerdat champion olympique avec Nino des Buissonnets, ici avec son papa Philippe Guerdat (d) et Barrie Nicholls (g). Photo Yvain Genevay / Le Matin

   

Partager & Commenter

Mots-clés

Il y a Serge, le grand-père, qui a vibré hier devant sa télé, à Delémont, lui qui se repasse en boucle les exploits de son Steve: le top 10 mondial à Genève, les podiums en finale de Coupe du monde, les plus beaux Grands Prix. Il pourra désormais ajouter une pièce de choix à la collection. Lui-même ne s’était mis à l’équitation qu’à 40 ans, mais il fit des concours et se prit tellement au jeu qu’il devint marchand de chevaux. Tout est parti de là.

Il y a Philippe, le père, pilier de l’équipe de Suisse durant vingt ans. Il décrocha deux médailles européennes et participa à deux JO (1984 et 88), mais manqua de peu le podium par équipes à Los Angeles (à moins d’une barre, là déjà). Ces exploits, il les réussit sans trop de moyens, mais avec un cœur énorme. Et quand il comprit que Steve serait le champion qu’il est aujourd’hui, à 16?ans déjà, il rangea ses bottes pour lui mettre le pied à l’étrier. Avant de le laisser voler de ses propres ailes. Il officie ici comme entraîneur des Belges.

Et il y a Christiane, la maman, à qui une belle part de cette médaille d’or revient, dût sa modestie en souffrir. «Mais, non, je suis dans l’ombre et heureuse comme ça, ce qui compte, c’est leur bonheur!» Elle a pourtant su insuffler calme, joie de vivre et sérénité à ses deux garçons et tant Yannick, directeur d’Artionet, une entreprise de 17?personnes créée à l’âge de 20?ans (il en a 31), que Steve ne seraient pas ce qu’ils sont sans son bel exemple.

«J’étais déjà aux JO d’Athènes, mais je n’avais pas trop osé regarder ses parcours. Pareil en 2008, devant ma télé, mais ici, j’ai osé.» Et la maman, émue aux larmes, d’ajouter: «Steve dégageait beaucoup de calme et il dessinait des courbes magnifiques, j’étais moins stressée que prévu et cette récompense est fabuleuse pour lui, j’ai le cœur en fête.» (Le Matin)

Créé: 09.08.2012, 08h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

6 Commentaires

Sylviane Boschung

09.08.2012, 09:48 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

Bravo Steve. J'ai vu ta maman à Delémont la veille de son départ, elle était toute émue d'aller te rejoindre. Tu l'as comblée avec ta médaille d'or méritée. Félicitations encore, tu es un grand Champion. Répondre


Bernard Wiederkehr

09.08.2012, 13:11 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

Bravo,abnégation, force et courage,style et une ration de froment a ce super hongre!!!!!!!!!!!!!!!!!Merci...La Classe Répondre



Sondage

Quelle sera l'affiche de la finale de la Ligue des champions?





  • Sports Center

Dépêches sports