Samedi 27 août 2016 | Dernière mise à jour 08:17

Handbal: affaire des paris «Très fortes suspicions de non-respect de l'éthique sportive»

Selon le procureur de la République à Montpellier, «des liens très étroits ont été tissés entre les joueurs et leurs parieurs. Pour ceux qui doutaient d'un pacte, il y a matière à se poser des questions très légitimes».

Le procureur de la République à Montpellier, Brice Robin, lors de la conférence de presse.

Le procureur de la République à Montpellier, Brice Robin, lors de la conférence de presse. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le procureur de la République à Montpellier, Brice Robin, a déclaré qu'il existait «de très fortes suspicions de non-respect de l'éthique sportive» dans l'enquête sur le match de handball Cesson-Montpellier (D1) sur fond de paris sportifs.

«Des liens très étroits ont été tissés entre les joueurs et leurs parieurs. Pour ceux qui doutaient d'un pacte, il y a matière à se poser des questions très légitimes», a-t-il souligné lors d'une conférence de presse.

Le magistrat a évoqué «un match idéal pour parier» puisque Montpellier était déjà assuré de remporter le championnat. «Peut-on jouer normalement un match quand on a engagé personnellement des sommes aussi importantes et quand on sait qu'on a parié la défaite de son club?», a-t-il poursuivi.

Le procureur a indiqué que les deux compagnes des frères Karabatic seraient les premières personnes présentées mardi au magistrat instructeur dans l'affaire. «Nikola Karabatic est mis en cause pour avoir retiré 1500 euros et parce que sa compagne a parié pour son compte et retiré des gains», a précisé le magistrat, évoquant une situation similaire pour Luka Karabatic, son frère.

Des joueurs actuellement entendus seront aussi déférés mais le magistrat n'a pas voulu préciser lesquels, indiquant que le juge d'instruction «va devoir vérifier le degré d'implication de chacun des gardés à vue».

Dix-huit personnes au total ont été placées en garde à vue dans cette affaire. M. Robin a souligné qu'«aucun élément de suspicion ne pèse à l'encontre de Patrice Canayer», l'entraîneur de Montpellier qui a été entendu par l'équipe de Cesson, à la mi-temps du match incriminé le 12 mai, «passer un savon à son équipe dans les vestiaires». «Les deux responsables des clubs sont totalement innocents dans cette affaire», a-t-il insisté. (si -afp/nxp)

(Créé: 01.10.2012, 18h41)
Dépêches sports

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.