ACCUEIL 25.10.2014 Mis à jour à 14h12

FDJ.fr: objectif 35 victoires (COMPTE RENDU)

L'équipe FDJ.fr, sur sa lancée de la saison dernière, la meilleure de son histoire, vise encore plus haut en 2014 et place la barre à 35 victoires.

"Je suis fier de cette équipe", a souligné son responsable Marc Madiot lors de la présentation mardi à Paris de la plupart des chefs de file (Pinot, Démare, Bouhanni, Vichot, Offredo, Ladagnous, Geniez, etc) d'un groupe à peine remodelé. "L'idée, c'est d'être présent sur tout le calendrier", a ajouté celui qui dirige la formation depuis sa création en 1997. "Essayer de s'améliorer dans les classiques, d'être opérationnel sur les trois grands tours avec le Tour de France en point d'orgue. On a une revanche à prendre". De la saison 2013 marquée par 33 victoires de 11 coureurs différents, Marc Madiot retient la dynamique qui a suivi la déception du Tour (abandons de Bouhanni et de Pinot): "On a les moyens, on a gagné en maturité et en cohésion." Pour atteindre l'objectif, l'équipe à profonde identité nationale ("27 coureurs sur 30 sont français", a rappelé Madiot) mise sur ses sprinteurs, Nacer Bouhanni et Arnaud Démare. Le premier, qui participera en mai au Giro comme l'an passé, s'est donné pour but de scorer le plus souvent possible. Le second a déclaré être davantage tourné vers les classiques du Nord. "J'ai encore beaucoup à apprendre, je vois plus sur le long terme", a tempéré toutefois le champion du monde espoirs 2011, que son directeur sportif voit comme un futur vainqueur de Paris-Roubaix ou du Tour des Flandres. Mais Démare, dont le profil se rapproche de celui du Belge Tom Boonen, a bien l'intention aussi de découvrir l'été prochain le Tour de France.

Arthur Vichot, qui lorgne du côté de Milan-Sanremo, Matthieu Ladagnous, concerné par les courses des pavés, et Yoann Offredo, qui aimerait enfin participer au Tour après l'avoir vu à la télévision depuis plusieurs années, sont les autres atouts pour les classiques. Dans les courses par étapes, la formation place ses espoirs en Thibaut Pinot, dont la 7e place de la Vuelta a confirmé le grand potentiel de grimpeur. "Vous allez le retrouver en 2014 !", a promis Marc Madiot, sous-entendu "sur le Tour aussi". Le Franc-Comtois qui a travaillé durant l'hiver (ski, pilotage auto sur glace) pour réduire ses limites dans les descentes, a évoqué le grand rendez-vous: "L'étape de la Planche des Belles Filles (près de son village de Haute-Saône), le 14 juillet, je l'ai cochée depuis le mois d'octobre." "C'est une pépinière de talents", s'est félicité le PDG de la Française des Jeux, Christophe Blanchard-Dignac, en évoquant le prolongement du partenariat jusqu'à fin 2016. "On a fait le choix du sport, pas de l'image, mais du sport. Avec des méthodes d'entraînement dures mais loyales. C'est le choix de l'éthique, du cyclisme propre. Pendant longtemps, j'ai fait des propositions, j'étais poliment écouté mais pas vraiment entendu. Mais peu à peu ces propositions ont beaucoup plus d'écho. Les fausses valeurs sont tombées ou tomberont demain". "On peut aller plus haut en respectant les règles du jeu", a confirmé Marc Madiot qui a demandé aussi l'égalité de traitement avec les autres sports. Pour preuve affichée, les légitimes ambitions de Francis Mourey, de nouveau champion de France de cyclo-cross et auteur du premier succès majeur de l'équipe en 2014: "On croise les doigts, il peut être champion du monde (le 2 février à Hoogerheide, Pays-Bas)."

jm/jcp (AFP/Le Matin)

Sondage

Trois points chauds ce week-end en Suisse romande. Selon vous, où y aura-t-il la plus grosse affluence?




  • Sports Center

Dépêches sports

Sondage

A votre avis, Roger Federer va-t-il redevenir numéro 1 mondial d'ici la fin de l'année?



Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!