ACCUEIL 21.4.2014 Mis à jour à 01h15

Mondiaux-2013: le ski-alpinisme, de la randonnée à la compétition (MAGAZINE)

Par Francois-Jean TIXIER Pelvoux (Hautes-Alpes), 11 fév 2013 (AFP) - Le ski-alpinisme, dont les 7es Mondiaux se disputent jusqu'à vendredi dans le domaine des Ecrins à Pelvoux, Puy-Saint-Vincent et Vallouise (Hautes-Alpes), associe plaisir de la randonnée et ski de montagne, séduisant de plus en plus d'amoureux de la nature.

Une course de ski-alpinisme consiste en une montée avec des skis équipés de peaux de phoques synthétiques (ou semelles antidérapantes amovibles) pour éviter les reculs avec quelques parties de parcours franchies avec les spatules sur les épaules et parfois quelques rochers à escalader avant de s'engager dans la descente.

Les chaussures sont articulées comme pour le ski de fond mais les spatules sont spécifiques à la discipline, adaptables selon que l'on se situe dans la phase d'ascension ou de descente.

Le poids de l'équipement est réglementé et les athlètes sont munis d'un matériel de sécurité en cas d'accident mais aussi pour faciliter les recherches éventuelles.

La France, avec Laetitia Roux, Axelle Mollaret, William Bon-Mardion ou Mathéo Jacquemoud, l'Italie, la Suisse mais aussi l'Espagne qui peut compter sur l'athlète le plus médiatisé, le roi de l'ultra-trail Kilian Jornet, sont les nations majeures de la discipline et leurs représentants figurent parmi les favoris des courses Elite individuelles hommes et dames mercredi.

Laetitia Roux a également toutes ses chances dans la course verticale (Verticale Race), jeudi, épreuve de montée sèche chronométrée, skis aux pieds et sans descente.

De son côté, Jornet est plus contesté en ski-alpinisme que dans ses autres sports de prédilection, notamment par les Français.

Après Serre-Chevalier (Hautes-Alpes), en 2002, c'est la seconde fois que la France met sur pied cet événement. Megève et Pelvoux avaient en outre déjà organisé des championnats d'Europe.

C'est d'ailleurs sur le Vieux Continent qu'on été organisées les premières courses légendaires à partir des années 80, telles que la Pierre Menta à Arêche-Beaufort (France), la Patrouille des Glaciers à Zermatt-Verbier (Suisse) ou le Trofeo Mezzalama à Cervina-Gressoney (Italie).

La Fédération internationale (ISMF, International Ski Montaineering Federation) est quant à elle toute jeune: elle n'a été fondée qu'il y a quatre ans.

Mais la discipline n'est pas qu'une affaire de compétition. Elle attire de plus en plus d'amateurs.

"Est-ce une mode de sortir des sentiers battus ou le coût élevé des forfaits dans les stations?", s'interroge Pierre You, président de la Fédération française de Montagne et Escalade (FFME), qui a reçu une délégation du ministère de la Jeunesse et des sports pour organiser le ski-alpinisme en France.

"Peut-être les deux. C'est un tout mais pour le retour des skieurs vers la nature, il n'y a que les raquettes ou le ski-alpinisme", reconnaît-t-il.

"Toutefois, il est difficile de recenser le nombre de pratiquants, qui est en constante augmentation selon les éléments recueillis auprès des commerces spécialisés et des fabricants de matériel", conclut-il.

fjt/dth/gf/eb (AFP/Le Matin)

  • Sports Center

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Dépêches sports