ACCUEIL 21.12.2014 Mis à jour à 13h02

Le PSG peut y croire encore

Football

La messe n’est pas encore dite. Même en ballottage très favorable après le 2-2 au Parc des Princes, le FC Barcelone ne peut pas déjà crier victoire dans son quart de finale face au PSG.

Par LeMatin.ch. Mis à jour le 02.04.2013 3 Commentaires

Une égalisation de Matuidi au bout du temps additionnel, sur un tir dévié malencontreusement par le remplaçant Bartra, offre le droit au PSG de rêver de se hisser dans le dernier carré de la Ligue des Champions. Un rêve que la probable absence de Lionel Messi, qui s’est blessé juste avant la pause au Parc des Princes, pour ce match retour ne manquera pas d’entretenir... Menés deux fois au score, les Parisiens ont témoigné de ressources presque insoupçonnées. La formation de Carlo Ancelotti a démontré dans ce match aller qu’elle avait bien le «coffre» d’un grand d’Europe.

Seulement, elle est tombée sur un FC Barcelone qui a affiché un très grand réalisme. Les Catalans n’ont pas bénéficié des mêmes occasions que l’adversaire mais ils sont tout de même parvenus à frapper à deux reprises, par Messi à la 38e et par Xavi à la 89e sur un penalty obtenu par Alexis Sanchez et qui devait tuer tout suspense dans ce quart de finale. Mais c’était sans compter l’ultime rush du PSG, un centre de Jalllet et une remise de la tête d’Ibrahimovic pour la frappe de Matuidi.

Beckham titulaire

Au coup d’envoi, Carlo Ancelotti avait réservé une surprise de taille: la titularisation de David Beckham. L’Anglais, qui n’avait plus joué en Ligue des Champions depuis trois ans, a été préféré à Verratti. Ce choix du «Mister» fut judicieux dans la mesure où Beckham, avec sa qualité de passe, fut l’un des artisans de l’excellent début de rencontre du PSG.

Lors de la première demi-heure, le PSG s’est ainsi ménagé quatre occasions franches. Un tir de Lavezzi sur le poteau (5e), deux parades de Valdes sur des essais de Pastore (15e) et d’Ibrahimovic (19e) et enfin cette frappe trop croisée de ce même Ibrahimovic (26e) témoignaient bien du danger que pouvaient faire planer les Parisiens. Mais l’emprise sur le jeu était bien sûr pour le FC Barcelone. Les Catalans demeurent toujours des «monstres» dans la conservation du ballon. Et aussi capable de frapper à n’importer quel moment grâce à leur arme fatale Lionel Messi. Un Messi qui marque depuis un mois à chaque match!

Le quadruple Ballon d’Or a surgi à la 38e minute dans le dos des défenseurs parisiens sur une ouverture magnifique de l’extérieur de Dani Alves. Messi armait son pied gauche pour ne laisser aucune chance à Sirigu et inscrire son huitième but de la saison en Ligue des Champions. Quatre minutes plus tard, l’Argentin enroulait une frappe qui frôlait la lucarne droite. Malheureusement, il devait se blesser sur cette action et était contraint de céder sa place à Fabregas à la pause.

Merci Valdes

Sans son prodige, le FC Barcelone connaissait une nouvelle entame difficile à la reprise. Seulement, la sûreté de Valdes, qui n’a peut-être jamais été aussi fort depuis qu’il a annoncé son intention de ne pas prolonger son contrat, leur permettait d’arriver à l’heure de jeu toujours en position de force. Au fil des minutes, l’insolente maîtrise collective des Catalans suscitait un véritable sentiment d’impuissance chez les Parisiens.

Carlo Ancelotti tentait de relancer la machine avec les introduction de Ménez (66e), de Verratti (70e) et de Gameiro (76e). Ce coaching était gagnant. Avec la fraîcheur des trois remplaçants, le PSG pouvait recoller au score grâce à Ibrahimovic à la 79e. Apparemment hors-jeu, le Suédois a su témoigner d’un réel sang-froid après une tête de Thiago Silva sur le poteau. Meilleur homme du match, le défenseur brésilien a sonné la révolte. Avec sa classe et sa rage de vaincre, le capitaine parisien veut croire que l’impossible sera possible mercredi prochain au Nou Camp.

Paris Saint-Germain - FC Barcelone 2-2 (0-1)

Parc des Princes. 45 000 spectateurs. Arbitre: M. Stark (All).

Buts: 38e Messi 0-1, 79e Ibrahimovic 1-1, 89e Xavi (penalty) 1-2, 93e Matuidi 2-2.

Paris Saint-Germain: Sirigu; Jallet, Alex, Thiago Silva, Maxwell; Lucas, Beckham (70e Verratti), Matuidi, Pastore (76e Gameiro); Ibrahimovic, Lavezzi (66e Ménez).

FC Barcelone: Valdes; Dani Alves, Piqué, Mascherano (84e Bartra), Jordi Alba; Xavi, Busquets, Iniesta; Alexis Sanchez, Messi (46e Fabregas), Villa (80e Tello).

Avertissements: 18e Piqué, 65e Matuidi (sera suspendu au retour), 68e Beckham. 75e Mascherano (sera suspendu au match retour). 87e Ibrahimovic. 88e Sirigu.

Notes: Barcelone sans Puyol et Pedro (blessés). 5e tir de Lavezzi sur le poteau. (Le Matin)

Créé: 02.04.2013, 23h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

3 Commentaires

Jean-Luc Ecuyer

03.04.2013, 09:22 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 5

Et à la fin c'est toujours le Qatar qui gagne...! Propriétaire du PSG et sponsor du Barça ! Et peut-être même sponsor de l'UEFA et de la FIFA...et de ses dirigeants...?! Répondre


tinguely herve

03.04.2013, 23:51 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 1

monsieur le modèrateur ou est mon commentaire sur le hors jeu que tous le monde a vu sauf vous et les arbitres Répondre



Dépêches sports
  • Sports Center