ACCUEIL 22.12.2014 Mis à jour à 08h25

Marc Roger: «Pishyar risque la prison»

Football

Ancien président d’un Servette qu’il avait conduit à la faillite en 2005, Marc Roger évoque le sort qui pourrait être celui du «fugitif» de la Praille.

Interview: Nicolas Jacquier. Mis à jour le 08.03.2012 29 Commentaires
Marc Roger, au temps de la première banqueroute servettienne en 2005.

Marc Roger, au temps de la première banqueroute servettienne en 2005.

Depuis chez lui, à Alès, dans le Gard, le Français Marc Roger (49?ans) assiste à l’agonie du patient «grenat» ainsi qu’aux dernières tentatives de ranimer Servette, un club que l’ancien agent de joueurs avait mené à la faillite en février 2005. Le 10 septembre 2008, l’ancien patron de la Praille avait été condamné à 2?ans de prison avec sursis pour gestion fautive et falsification de bilan. A l’issue de sept jours de procès, la Cour correctionnelle l’avait acquitté des accusations de banqueroute frauduleuse et d’escroquerie.

Marc Roger, en tant qu’ancien président du club, quel regard portez-vous sur la situation pour le moins critique du Servette FC, qui vit peut-être ses dernières heures?

Ça ne peut faire que de la peine. Un club qui meurt, c’est triste. Mais ce qui est encore plus triste, c’est quand on voit l’attitude de M.?Pishyar, se comportant comme s’il s’en foutait. A moins qu’il ait des choses à cacher. Si tout était limpide, pourquoi n’abandonnerait-il pas le club? Il y a un terrible décalage entre tous les beaux projets dont il a parlé et la réalité.

Sept ans plus tôt, c’était vous, le fossoyeur des «grenat». Sauf rebondissement de dernière minute, vous ne serez hélas peut-être bientôt plus le seul…

Cela avive des souvenirs douloureux. Quand l’on reprend un club, ce n’est pas pour passer ensuite 23?mois comme moi en prison. Si Lorenzo Sanz (ndlr: ancien président du Real Madrid) avait honoré ses engagements, je serais toujours président du Servette aujourd’hui. Quand je vois l’extraordinaire parcours de Bâle en Ligue des champions, je me dis que ce parcours, cela aurait pu être le nôtre… Pour tourner, il fallait vendre 4 à 5 joueurs par an, dont chacun aurait rapporté entre 1 et 3 millions en étant pessimiste. En janvier 2005, Valdivia avait un pied et demi à Marseille et Beauséjour était sur le point de rejoindre Lille.

Que conseillerez-vous aujourd’hui à Majid Pishyar si vous étiez son avocat?

Me Warluzel sait très bien le risque encouru par son client. Si Servette part en faillite, son président ira faire un séjour à Champ-Dollon derrière les barreaux. La prison, c’est ce qui attendrait M. Pishyar, lequel pourrait se retrouver avec un mandat Interpol aux trousses. C’est en tout cas ce qu’il risque à son tour. (…) A l’époque, Me?Warluzel m’avait conseillé de nous donner à l’avenir rendez-vous à Annemasse. Je n’ai pas voulu le croire. Je ne pensais pas que la Suisse était un Etat bananier.

Comme aujourd’hui, des repreneurs s’étaient déjà manifestés en 2005 pour sauver Servette. Autant de pistes alors creuses…

Je n’ai essentiellement eu affaire qu’à des farfelus. Il y avait aussi ces mystérieux Syriens qui nous avaient baladés pendant des semaines. En les écoutant, tout le monde était rassuré. J’ai appris par la suite qu’ils se sont retrouvés en prison. Cette fois, le contexte est différent. Il existe un intérêt de plusieurs repreneurs même si l’accès aux chiffres demeure difficile.

Si c’était à refaire…

Je referai les mêmes choses, mais différemment. Ce qui m’a perdu, c’est ma générosité. La secte genevoise des bien-pensants m’a abusé. J’ai aussi été trop gentil avec les joueurs qui refusaient de sauver le club. Des types comme Ziani, Alicarte ou Moldovan n’ont pas joué franc-jeu. C’est moi qui aurais dû déposer une plainte pénale contre eux! Lorsque je suis arrivé à Genève, on m’a menti sur les vrais chiffres et l’ampleur des dettes. Le trou n’était pas de 4 millions comme on me l’avait vendu, mais de 14,5 millions de francs. Quand les créanciers nous ont vus arriver, ils nous ont pris pour des milliardaires et aucun d’entre eux n’a voulu consentir à faire un effort.

Dans le cadre de l’affaire Zambrella, pourquoi n’aviez-vous jamais «marché» sur Stamford Bridge et Chelsea comme vous vous y étiez pourtant engagé?

Les joueurs avaient voté sur le bien-fondé d’une telle expédition. A une courte majorité, il s’est avéré qu’ils n’étaient pas près de me suivre. A l’époque, Zambrella devait signer à Liverpool. Houllier s’est ensuite vexé quand il a appris que le joueur avait été faire un essai clandestin avec Chelsea. Dès ce moment-là, tout est parti de travers… Si Genève avait marché sur Chelsea, j’aurais aussitôt récupéré l’argent qui aurait largement permis de sauver le club. Les dirigeants anglais avaient du reste une telle peur de me voir débarquer au siège du club avec des centaines de supporters qu’ils avaient engagé un détective pour me suivre à Genève. Dès l’instant où l’avion décollait de Cointrin, Peter Kenyon (ndlr: alors directeur exécutif de Chelsea) m’apportait le chèque à l’aéroport de Heathrow pour éviter le scandale que notre action aurait provoqué!

Mais il n’y a jamais eu de chèque ni de miracle…

Il y avait quand même 36 millions de francs à récupérer! Au début 2005, le passif était de – 12,5 millions. Si vous ajoutez les 36 millions, même en Suisse, ça fait +23,5 millions, non? Ce n’est quand même pas de ma faute sur l’Office des faillites n’a pas les moyens de se payer des avocats pour vendre les actifs d’une société. Compte tenu de son exposition, Servette était et reste viable, j’en suis persuadé. Si Lausanne réussit à s’en sortir, pourquoi Servette n’y arriverait-il pas? Il faut 7 millions de francs par an. Ce n’est pas une somme facile à réunir mais pas impossible non plus.

Que devient Marc Roger en 2012?

Je termine un livre retraçant mon épopée genevoise. Sa sortie est prévue en septembre. Je n’y explique pas ma vérité, mais la vérité.

Au fait, la reprise du Servette pourrait-elle vous intéresser?

Bien sûr que je serais prêt à reprendre le club si… j’en avais les moyens, mais je ne les ai plus. Sinon, je serais déjà dans le bureau de la juge! (Rires.) (Le Matin)

Créé: 08.03.2012, 09h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

29 Commentaires

Reviens Marc

08.03.2012, 11:26 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

Il finit un livre...et il commence à colorier l'autre demain? Répondre


Svpfaites nous encore rire

08.03.2012, 11:20 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

Marrant cette fascination qu'a M. Jacquier a être le porte-parole des mythos-megalos du foot...Après CC ( qui fait la gueule car il ne fait plus la une pour quelques jours) voilà qu'il nous amène la bonne parole d'un repris de justice....merci M. jacquier chacun de vos articles ressemble à un sketch, j'espère que vous maîtrisez le deuxième degré. Répondre



Sondage

Federer et Wawrinka doivent-ils défendre leur titre en Coupe Davis en 2015?




Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!
Dépêches sports
  • Sports Center