ACCUEIL 17.9.2014 Mis à jour à 09h14

Hodgson rêve d'un autre titre

Football

Avec l’Angleterre, Hodgson veut créer la surprise à l’Euro. Pour l’ancien coach helvétique, son nouveau «banc» représente un aboutissement.

Par Nicolas Jacquier. Mis à jour le 17.05.2012
Roy Hodgson aimerait ramener à l’Angleterre un titre qui la fuit depuis 1966.

Roy Hodgson aimerait ramener à l’Angleterre un titre qui la fuit depuis 1966.
Image: Keystone

Partager & Commenter

Mots-clés

En raison de son passage à l’Inter Milan, il n’avait pas pu disputer l’Euro 1996 en Angleterre avec l’équipe de Suisse, qu’il avait réussi à qualifier. Seize ans plus tard, le très British Roy Hodgson (64?ans) disputera l’Euro avec «son» Angleterre, une sélection des Three Lions à la tête desquels il vient de succéder à Fabio Capello, démissionnaire après la destitution de John Terry, son capitaine, accusé d’avoir tenu des propos racistes.

Hodgson couronné «Roy d’Angleterre», c’est l’aboutissement d’une carrière qui l’aura vu multiplier les clubs, autant pour des raisons purement sportives que parfois financières si l’on songe à sa pige dorée effectuée dans les Emirats. Extraordinaire parcours que celui d’un homme réussissant à imposer ses idées dans un milieu qui n’avait pas adoubé le footballeur. Modeste joueur, l’ancien latéral droit n’a jamais pu s’imposer chez les pros de Crystal Palace. Après avoir galéré dans de petits clubs de la banlieue londonienne de 6e ou 7e division, l’enfant de Croydon va alors terminer sa carrière en Afrique du Sud, dans les rangs de Berea Park, où il exerce aussi le métier de professeur de langues (dont le français).

Arrivée à NE Xamax Ses premiers succès au bord du terrain, Hodgson les connaîtra en Suède, et dans les autres pays nordiques où il ne cessera de revenir (Finlande, Norvège, Danemark). La Suisse l’accueille en 1990, à la Maladière d’abord, comme entraîneur de NE Xamax, avant un échange avec Stielike – un stratagème qui avait mûri dans l’esprit de Gilbert Facchinetti, avec la complicité d’un autre Neuchâtelois, Freddy Rumo, alors président de l’ASF. Pour la Suisse et son Roy, ce sera l’Amérique, avec la suite que l’on connaît. «Hodgson possède une qualité enviée dans le milieu: avec lui, les joueurs ne sont pas meilleurs mais ils deviennent plus forts collectivement», nous avait expliqué un jour Alain Geiger. Un postulat qui allait suivre cet amateur éclairé de grands vins, de whiskies raffinés et de cigares durant ses multiples étapes, parfois même exotiques. Hodgson surgissant souvent où on ne l’attend pas forcément. «J’ai la chance d’être né avec une certaine dose d’énergie, d’enthousiasme et d’optimisme, résumait-il l’an dernier. Les années n’ont pas trop altéré tout ça. J’ai quelques rides en plus, et peut-être davantage de sagesse. Mais je n’ai pas perdu les qualités que j’avais avant, notamment avec la Suisse. J’ai toujours considéré les défauts que l’on me prêtait comme des qualités. J’y vois plus un avantage qu’un inconvénient.» Dans le même entretien accordé à UEFA.com, il y évoquait sa vision du rôle que devrait être celui d’un sélectionneur. «Le risque, c’est de vouloir en faire trop en trop peu de temps. Il faut donc apprendre à être exigeant sans aller trop loin.»

Pas une tâche facile Depuis le 1er mai, il a la délicate mission de décrocher le Graal, d’offrir un titre qui fuit les Three Lions depuis 1966 et une dernière couronne mondiale. «Ce qui se trouve devant nous ne sera pas une tâche facile mais je suis fier du défi qui m’attend, expliquait Hodgson le jour de sa nomination. Le pays tout entier doit se retrouver derrière cette équipe qui, j’en suis sûr, va gagner et surprendre.» Au moment même où François Hollande dévoilait la composition de son gouvernement, Roy Hodgson révélait avant-hier sa liste des 23 partants pour l’Ukraine. «Notre objectif sera de faire aussi bien que ce que l’on attend de nous, sinon mieux (…). Quand vous dirigez la Suisse ou la Finlande, vous êtes limités par la taille même du réservoir de joueurs capables d’évoluer au niveau désiré. Dans le cas de l’Angleterre, les frontières ne sont pas situées au même endroit.» L’ancien coach à succès de l’équipe nationale étrennera ses nouvelles fonctions contre la Norvège le 26 mai à Oslo. Une semaine plus tard, l’Angleterre recevra la Belgique à Wembley, où l’on jouera à guichets fermés (les 90?000 places ont déjà toutes été vendues). Le 11 juin, à Donetsk, les boys de Hodgson voudront tirer les premiers contre la France.

(Le Matin)

Créé: 17.05.2012, 22h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment
  • Sports Center

Dépêches sports

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne