Samedi 22 juillet 2017 | Dernière mise à jour 22:22

Football «Une nouvelle expérience dont je me réjouis»

François Marque (33 ans) quitte Le Mont avec effet immédiat. Il va découvrir le championnat de Singapour.

Le défenseur français (à gauche), ici à la lutte avec Alain Nef, va découvrir un nouveau championnat.

Le défenseur français (à gauche), ici à la lutte avec Alain Nef, va découvrir un nouveau championnat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Surprise à l'entraînement du FC Le Mont mardi matin: François Marque se trouvait sur le côté, vêtu d'un très élégant manteau à col de fourrure. Blessé, le grand défenseur français, ancien titulaire du FC Bâle? Pas du tout, non. Simplement en instance de départ pour le championnat de Singapour.

François, vous êtes venu faire vos adieux à vos coéquipiers?

C'est exactement ça, oui. Je ne vais pas faire de grands discours, ce n'est pas mon style, mais simplement dire au revoir à chacun.

Votre match à Wil samedi a donc été le dernier avec Le Mont?

Oui. Je vais m'envoler dans quelques jours pour l'Asie. Il reste juste quelques documents à signer, mais tout est réglé. J'y suis allé cet hiver trois semaines et tout s'est bien passé. Nous étions huit défenseurs centraux en test, il a donc fallu être convaincant, surtout que j'ai déjà 33 ans. Après, il restait à discuter avec Le Mont, vu que j'avais encore six mois de contrat.

Vous avez été libéré, alors?

Oui. Et je tiens à remercier tout le monde, ils se sont montrés compréhensifs. A mon âge, c'était difficile pour Le Mont de demander une indemnité. Je pars libre et je me réjouis de cette nouvelle expérience, dans un continent dont je ne connais rien.

Vous avez joué en Allemagne, en Corse, en Suisse... Mais Singapour c'est encore autre chose. Le changement ne vous fait pas peur?

Non, comme je vous l'ai dit, je me réjouis beaucoup. Je suis quelqu'un de curieux, ma famille m'accompagne, donc tout va bien. Mais tout va changer, c'est sûr, surtout en ce qui concerne le football. Les gabarits ne sont pas les mêmes, les joueurs là-bas sont plus petits, plus dynamiques. Je vais devoir adapter mon style de jeu, qui est assez physique (rires). Mais ça va aller.

Vous allez dans quel club au fait?

J'ai signé une année au Brunei DPMM FC, qui est un club du sultanat du Brunei, comme son nom l'indique. Mais un peu comme Vaduz en Suisse, ma nouvelle équipe est rattachée à un autre championnat, en l'occurrence celui de Singapour. C'est particulier, mais ça me convient bien. J'ai déjà pu me rendre compte que les infrastructures étaient au top. L'année passée, ils ont fini troisièmes, ce qui était un peu décevant pour eux. La nouvelle saison commence début mars et l'objectif est clair: on vise le titre.

Et financièrement, c'est intéressant?

C'est correct, il n'y a pas à se plaindre. Le club est la propriété du fils du Sultan du Brunei, l'un des hommes les plus riches du monde. Il y a des moyens, c'est sûr, mais on n'est pas dans la démesure non plus. (Le Matin)

Créé: 07.02.2017, 13h35