ACCUEIL 21.12.2014 Mis à jour à 18h42

La Suisse impliquée dans le scandale des matchs truqués

Football

Le scandale des paris illicites touche la Suisse: Locarno fait l’objet d’une enquête. Le Stade Nyonnais touché par la bande.

Par Renaud Tschoumy. Mis à jour le 01.06.2012

Partager & Commenter

Le séisme qui a frappé l’Italie du football ces derniers jours fait trembler jusqu’à la Suisse. Le Tages-Anzeiger a en effet révélé dans son édition d’hier que plusieurs matches du FC Locarno faisaient l’objet d’une enquête. Les faits, confirmés par le Ministère public de la Confédération, ne sont cependant pas nouveaux.

«Dès qu’elle a eu vent que des soupçons pesaient sur des rencontres de Challenge League, l’Association suisse de football a fait ce qu’elle devait: porter plainte contre inconnu auprès du Ministère public de la Confédération, explique le porte-parole de l’ASF, Marco von Ah. Mais ce n’est pas un fait qui date d’avant-hier: la plainte a été déposée en décembre dernier. En l’état des choses, nous n’avons droit à aucun autre commentaire. Et il ne faut pas tout confondre non plus: pour l’instant, rien ne prouve que des matches aient été truqués en Suisse.»

Présomption d’innocence

Parmi les parties concernées, un certain Locarno - Stade Nyonnais (2-2 le 10 septembre dernier). Les Nyonnais menaient 2-0 à la pause, avant de se faire remonter. «J’étais à ce match, je n’ai souvenir d’aucun comportement suspect, qu’il s’agisse des joueurs ou de l’arbitre, précise le président du Stade, Didier Henriod. Jusqu’à preuve du contraire, on doit s’en tenir à la présomption d’innocence.»

Il ajoute: «De manière générale, un président de club n’a aucun moyen de contrôle sur ses joueurs, qu’il s’agisse du président bâlois, Bernhard Heusler, ou d’un président du niveau d’en dessous comme moi. Le Ministère public de la Confédération a des moyens, tant mieux. S’il trouve des coupables, qu’il les punisse.»

Et d’en revenir à son club: «Pour ma part, je suis convaincu de la bonne foi de tout le monde au sein du Stade Nyonnais. Mais si l’on devait nous prouver un jour que tel ou tel a trempé dans l’affaire, on sera impitoyables: on déposera une plainte pénale et on demandera des dommages et intérêts.»

On n’en est pas encore là. Mais il y a fort à parier (!) que les ramifications de cette machine à truquer les matches n’ont pas toutes été découvertes. (Le Matin)

Créé: 01.06.2012, 09h12

Sondage

Federer et Wawrinka doivent-ils défendre leur titre en Coupe Davis en 2015?




Dépêches sports
  • Sports Center



Rubriques: Suisse · Monde · Sports · Faits divers · People · Loisirs · Société · Economie · Auto-Moto · High-Tech · Santé
Outils: Recherche · RSS · Mobile · Météo
Le Matin: Contacts · Publicité · Annonce · Services clients · Conditions générales · Cercle de lecteurs · Charte des commentaires · Impressum