Dimanche 4 décembre 2016 | Dernière mise à jour 11:04

Fifagate Platini: «Blatter disait souvent que je serais son dernier scalp»

Michel Platini, qui a retiré sa candidature à la présidence de la Fifa, affirme vendredi dans L'Equipe que ses ennuis sont partis de Sepp Blatter, le président sortant, «qui voulait sa peau».

Platini: «Blatter disait souvent que je serais son dernier scalp»

Platini: «Blatter disait souvent que je serais son dernier scalp» Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Tout est parti de Blatter, qui voulait ma peau, qui ne voulait pas que j'aille à la Fifa. Il disait souvent que je serais son dernier scalp, mais il est tombé en même temps que moi», explique Michel Platini, 60 ans, dans un entretien à L'Equipe.

«De toute façon, ils cherchaient absolument quelque chose contre moi», rajoute-t-il.

Michel Platini a renoncé à maintenir sa candidature à la présidence de la Fifa, faute de temps suffisant pour épuiser les différents recours face à sa suspension de 8 ans de toute activité liée au foot.

La sanction prononcée le 21 décembre par la justice interne de la Fifa portait sur un paiement controversé de 1,8 million d'euros reçu de Sepp Blatter, également suspendu 8 ans. (AFP/Le Matin)

(Créé: 08.01.2016, 08h03)
Les chroniqueurs du Matin Dimanche

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.