Mercredi 31 août 2016 | Dernière mise à jour 17:55

Hockey sur glace Depuis le début de l'année, Servette est en feu

Les «grenat» doivent leur arrivée tardive dans le grand huit à sept dernières semaines époustouflantes. De son côté, le HC Bienne est resté, durant le même laps de temps, fidèle à lui-même. Ça ne suffit pas.

Image: Keystone

LNA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une poignée de jours avant la fin de la saison régulière, GE Servette tient le couteau par le manche. C’est le salaire d’une année 2012 menée, jusqu’à présent, tambour battant sur le plan comptable. Le HC Bienne? Etonnamment, il ne montre aucun signe de faiblesse dans sa fiche de résultats. «Nous sommes restés constants, confirme Kevin Schläpfer. Par contre, GE Servette joue, depuis plusieurs semaines, au même niveau que Davos et Zoug.» Face à l’extraordinaire sursaut d’orgueil servettien, le caractère ordinaire des prestations biennoises fait pâle figure. Trop.

Tobias Stephan marche sur l’eau

Un classement fictif établi sur la base des résultats enregistrés en 2012 est révélateur de l’élément faisant la force de GE Servette: sa solidité défensive. Avec ses 21 buts encaissés en 13?parties, Tobias Stephan marche sur l’eau. «Il est impérial», acquiesce Hans Kossmann, l’entraîneur de Gottéron récemment opposé aux deux clubs cristallisant l’attention. «Il est fabuleux. Notre bonne passe s’explique en premier lieu par la qualité de ses prestations», confirme Louis Matte, en charge du secteur défensif grenat. «Il a été bon en début de saison, il est brillant depuis deux mois», souligne Daniel Villard, manager de Bienne.

Bienne encaisse deux fois plus

Reto Berra? «Durant la même période, il a également connu des matches exceptionnels, mais il a aussi vécu des parties ordinaires», reconnaît Daniel Villard. Et ce, pas plus tard que samedi contre Langnau (revers 1-5).

En fait, c’est le comportement défensif général des Aigles qui est admirable. «Au vu de la situation précaire dans laquelle nous nous débattions début janvier, tout le monde a élevé son niveau d’urgence, relève Louis Matte. Notre offensive étant,?à cette époque, décimée par?les blessures, nous nous sommes dit une chose très simple: il sera toujours aussi difficile de marquer, donc commençons par bien défendre.»

Encaisser peu de goals? Bienne y arrivait à merveille entre septembre et fin décembre. C’est moins le cas en 2012, son arrière-garde ayant capitulé à 44 reprises. Par rapport à son adversaire direct, c’est deux fois plus. «Les blessures de Thomas Wellinger et de Martin Steinegger, deux piliers derrière, ne nous ont pas aidés, note Kevin Schläpfer. Tout comme l’absence d’Emanuel Peter, un attaquant à vocation défensive.»

Simek et Fata dans le moule

La blessure, un mal sournois ayant longtemps péjoré la qualité du collectif grenat. Un mal en passe d’être vaincu. «Genève a vécu un cauchemar à ce niveau-là jusqu’à Noël, souligne Hans Kossmann. Le retour de Tony Salmelainen et de Dan Fritsche, mais aussi la qualité de jeu actuelle de Juraj Simek et de Rico Fata, font partie des éléments ayant fait pencher la balance du bon côté pour GE Servette.»

Simek et Fata, de même que Daniel Rubin, ont marqué, en 2012, un important pourcentage de buts décisifs dans l’optique d’un succès grenat. «Juraj et Rico se fondent maintenant parfaitement dans le système, confirme Louis Matte. En fait, j’ai envie de louer le comportement de tout le monde, et notamment celui d’un gars comme Chris Rivera. Il abat un travail obscur dans le 4e bloc, mais un travail tellement efficace.»

Hans Kossmann voit, comme de nombreux spécialistes, un retour à la normale lorsqu’il consulte aujourd’hui les tabelles. «Au niveau du potentiel présent dans chaque club, GE Servette doit se situer devant Bienne au classement», dit-il. «Prétendre que Genève nous est supérieur sur le papier n’est pas une excuse, mais la réalité», acquiesce Kevin Schläpfer.

Un entraîneur qui, mieux que quiconque, mesure toutefois la pertinence des termes usés par son collègue sévissant à Fribourg. «La situation pour ces deux équipes est telle, à ce stade, que toutes les théories et les statistiques, quelles qu’elles soient, peuvent être jetées à la poubelle.» (Le Matin)

(Créé: 22.02.2012, 09h06)
Dépêches sports

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Les plus partagés Sports